Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir un article d’Olivier Le Gal, sur sa vision du Karaté. Il est pratiquant depuis très longtemps en plus d’être écrivain. N’hésitez pas à le retrouver sur son site qui mêle Bretagne et Arts Martiaux juste ici.

Le Karaté Do, pour moi, n’est pas un sport.

Non c’est un art ! 

Quel type d’art me demanderez-vous ?

Certes un Art Martial, mais surtout un art de vivre.

Laissez-moi vous raconter l’histoire vraie d’un jeune garçon que j’ai bien connu, pour qui la pratique du Karaté do a tout changé. Son histoire peut être la vôtre ou celle de votre enfant !

Je vous montrerai, ensuite, comment le Karaté a changé sa vie et vous apporterai mes conseils, après plus de 20 ans de pratique, pour améliorer votre Karaté plus vite en prenant plus de plaisir.

Avant ça je tiens à remercier Marvin et Anne pour leur confiance, d’ailleurs nous parlerons un peu de confiance dans cet article, vous verrez.

Et je tiens à te remercier aussi toi !

Oui vous, qui de l’autre côté de votre écran, qui me lisez actuellement. Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre les aventures de « Corps et Esprit Martial » ce qui donne de la visibilité à leur travail passionné et encourage ce type de collaboration. Cliquez ici pour vous abonner à leur blog et obtenir une méthode complète d’assouplissement pour les Arts Martiaux.

Un garçon introverti renfermé sur lui-même.

https://1.bp.blogspot.com/-NSz_7p2zwSQ/XkmK_aD3jhI/AAAAAAAAlQw/dZDMCJ3Vi2Q1HaNVbI9NQQyWNMAh7F3mACLcBGAsYHQ/s200/game-1232879_1920.jpg

Ce jeune garçon de 13 ans n’était pas un grand sportif, au contraire, plutôt introverti il passait plus de temps sur les jeux vidéo et redoutait la séance de sport au collège conscient d’être dans les derniers de sa classe dans cette matière. Ce garçon s’efforçait de passer  inaperçu à l’école de peur de subir les brimades de ses camarades comme cela arrivait malheureusement régulièrement.

Heureusement, il avait des parents bienveillants.

Un jour sa mère, inquiète de le voir passer la majeure partie de son temps libre enfermé à jouer aux jeux vidéo, lui demanda quel sport il souhaiterait faire. Il avait arrêté le football depuis deux ans et ne souhaitait pas reprendre n’ayant pas trouvé sa place dans l’équipe en grandissant.

Sa mère l’ayant bien observée lui proposa d’essayer le judo. Après tout la moitié de ses jeux étaient des jeux de combat et elle avait bien remarqué que les films d’Arts Martiaux l’intéressaient particulièrement. Mais le judo ne l’intéressait pas, il était plus attiré par le style de Bruce Lee ! 

La découverte du dojo de Karaté

Par chance des cours de Karaté venaient de commencer près de chez lui depuis quelques mois !

Le jeune garçon assista alors à un cours, il fût impressionné par l’énergie, la maîtrise et la puissance des ceintures noires. Il débuta donc la semaine suivante, pas très à l’aise, mais porté par l’aura du Sensei et rassuré de rencontrer d’autres débutants de son âge.

Cours après cours, technique après technique et grade après grade le garçon prit peu à peu confiance en lui, porté par la bienveillance du Sensei et des Sampai du dojo. Ces derniers savaient le tirer vers le haut et lui apprirent à repousser ses limites sainement.

Quelques années plus tard, à l’âge du lycée, il n’était plus le dernier en sport, bien au contraire. Il était devenu à l’aise dans cette discipline, se rendant au dojo aussi souvent que possible. À quoi bon jouer a Street Fighter seul si l’on peut progresser avec ceux qui sont devenus des amis, des frères de dojo ?

Les premiers résultats grâce au Karaté

Et quand le travail, la rigueur et la persévérance lui permirent de recevoir à son tour la prestigieuse ceinture noire, il n’oublia pas d’où il était parti. Devenu à son tour Sampai, il prit pour point d’honneur d’aider les autres à progresser !

La liste des qualités acquises au dojo par ce garçon fut édifiante !

Condition physique

Le fait d’exercer une activité physique régulière en pleine croissance a considérablement enrichi son développement, lui permettant d’améliorer ses capacités physiques de manière significative en seulement quelques années !

D’ailleurs si vous souhaitez des exercices pour améliorer votre condition physique pour les Arts Martiaux il y a la chaîne YouTube de Corps et Esprit Martial. Abonnez-vous ici pour ne louper aucune vidéo (pensez à activer la clochette). Voici un exemple de vidéo que vous pouvez trouver.

Confiance

Être mieux dans son corps et entouré de personnes bienveillantes lui a permis de gagner en confiance. Ainsi au lycée, il n’avait plus peur du jugement des autres comme au collège et c’est même créé un nouveau groupe d’amis, de vrais amis.

Respect

L’un des enseignements généraux des dojos (hormis dans les Mac Dojos) est le respect. Le respect envers son instructeur, ses aînées pour la richesse de leur enseignement, mais aussi envers soi en pratiquant de manière à ne pas se blesser et en apprenant à écouter son corps. Je vous encourage vivement à travailler en étant concentré sur vos sensations et votre respiration, mais j’imagine que votre Senseï vous a déjà enseigné cela n’est-ce pas ?

Altruisme

Le fait d’avoir reçu l’aide et le soutien des autres a considérablement influé sur l’altruisme de cet enfant. Il a ancré en lui cette caractéristique comme étant partie prenante de la ceinture noire. Ainsi, lorsqu’il est lui-même devenu ceinture noire, il s’est senti responsable de la bonne progression des moins gradés et de la qualité de vie au sein du dojo et au-delà de ses murs.

Responsabilité

Être ceinture noire est le fruit d’un long travail, il incombe une grande responsabilité vis-à-vis de l’image que donne celui qui la porte. L’enseignement de ce dojo a su véhiculer cette part de responsabilité.

Où le Karaté l’a-t-il porté ?

L’histoire ne s’arrête pas là, le jeune garçon est devenu un adulte dont l’histoire est riche en rebondissements.

Et j’en sais quelque chose puisque ce petit garçon introverti qui s’est peu à peu affirmé jusqu’à devenir l’un des assistants de son Sensei n’est autre que moi !

J’ai donc gagné en confiance, en condition physique et je me suis bâti un mental de battant qui m’a permis d’essuyer la perte de proches et de me battre face au cancer notamment.

Le goût de l’effort, de donner, le respect sont maintenant ancrés dans mon caractère.

Mais par-dessus tout, le Karaté do m’a apporté une seconde famille, la notion du respect et bien d’autres valeurs issues du Dojo Kun de GichinFunakoshi.

Bien sûr je reste un homme et je fais toujours des erreurs. Mais sans le Karaté do je n’aurais certainement pas acquis ce gout de l’accomplissement et de chercher à être une meilleure personne.

Mes conseils pour progresser plus vite

Prendre des notes

Une étude néerlandaise a passé en revue les travaux en question et révèle que plusieurs facteurs influencent l’efficacité de la mémorisation pendant la prise de notes.

La meilleure stratégie, pour la mémoire, est de prendre des notes et de les réviser. Traduire dans ses mots, ajouter des développements explicatifs et organiser ses notes est plus efficace pour la mémoire que de se contenter de transcrire le contenu.

Je n’applique ce conseil que depuis peu de temps, mais j’en ressens déjà les bénéfices. Je me sens plus ordonné dans ma recherche personnelle et ma pratique. Le fait de poser les idées et les conseils que me donnent mon Senseï et mes partenaires sur un carnet de notes m’aide beaucoup à trier mes axes d’améliorations.

ATTENTION ! Ne sortez pas votre carnet de notes de votre Karaté gi en plein cours !😉

Un autre avantage est que vous allez devoir faire appel à votre mémoire et faire un exercice de visualisation pour vous remémorer les éléments importants du cours à noter.

J’ai d’ailleurs publié un carnet de notes spécialement pour les karatékas qui inclut un lexique.


Pratiquez chez vous


Il  a été prouvé que le fait de répéter un mouvement quotidiennement le rendra instinctif ou, du moins, plus naturel. D’où la citation de Senseï Funakoshi :

« Ce que vous aurez appris en écoutant les paroles des autres vous l’oublierez bien vite. Ce que vous aurez compris avec la totalité de votre corps, vous vous en souviendrez toute votre vie. »


La pratique personnelle est donc très importante, plus jeune je me rendais au dojo chaque jour, mais aujourd’hui ce n’est plus possible. Avec l’âge, le travail, la famille, ect …

Néanmoins prenez le temps, même dix minutes pendant la pause repas (attention à la digestion), pour pratiquer. Si vous êtes débutant répétez lentement les derniers mouvements appris (vous verrez très vite la différence de progression).

Ne vous blessez pas !

Si vous ne vous êtes pas échauffé, travaillez plutôt en sensation.

C’est un moment où vous développez votre Karaté personnel, au dojo les cours sont adaptés à l’ensemble des pratiquants ou à des groupes de niveau. Mais vous devez prendre le temps de revenir sur votre pratique personnelle.

Il existe énormément de méthodes pour travailler votre Karaté chez vous, si vous êtes « overbooker » visualisez-vous pendant que vous réalisez un kata avant de vous endormir, c’est déjà un infime travail personnel qui ne vous demande que très peu d’effort et vous aidera à progresser (de plus vous ferez certainement de beaux rêves).

D’ailleurs, si vous voulez mener une visualisation correcte, qui vous permette de progresser techniquement (et même physiquement d’après certaines études), lisez cet article pour avoir les bonnes habitudes !


Ne travaillez pas que vos points forts


Il est toujours plus agréable de travailler ses points forts. Nous sommes dans notre zone de confort, nous flattons notre ego, mais votre vraie marge de progression est ailleurs.

Identifiez vos faiblesses aux dojos, demandez à votre senseï un exercice simple pour corriger vos faiblesses. C’est là que vous aurez la plus grosse marge de progression. Marvin vous propose de nombreux exercices sur sa chaîne YouTube, allez-y foncez et prenez ce qui vous semble plus pertinent pour vous.

Vous pouvez néanmoins terminer votre séance personnelle par quelque chose que vous maîtrisez pour prendre du plaisir et identifier cette séance personnelle comme un moment agréable et non une torture.

Merci encore à Marvin de m’avoir permis de m’exprimer sur Corps et Esprit Martial !

Merci à vous d’avoir lu jusqu’au bout cet article qui, je l’espère, vous aidera à mieux progresser.

Et vous, que vous a apporté le Karaté ou votre discipline ?

Je suis curieux de découvrir vos expériences dans les commentaires !

Olivier Le Gal, auteur et karatéka.

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    132
    Partages
  • 132
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrivez votre commentaire ici !
Écrivez votre nom ici ...