Dans les articles précédents nous avons déjà abordé Pourquoi faire des arts martiaux ou sports de combat, et Comment choisir sa discipline et son lieu de pratique (ou s’entraîner chez soi ?). Nous allons maintenant aborder les questions les plus récurrentes chez un débutant en art martial ou sport de combat. Vous savez, ce sont ces questions que vous n’osez pas poser devant tout le monde, et pour lesquelles vous attendez la fin du cours pour venir voir le prof et lui chuchoter à l’oreille. Ces questions sont valables pour les sports de combat, un art martial japonais, chinois, thailandais ou de toute autre origine !

 

Cet article est sujet à évoluer selon les questions que vous nous poserez, donc n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires en bas de cette page. 😉

 

L’expérience du débutant

débutant en arts martiaux

 

Alors, si le but d’un club était d’avoir des personnes qui étaient déjà formées, cela serait écrit dessus “n’accepte que l’élite, les autres, allez cueillir des pâquerettes”.

 

“Hein ? De quoi ? Pourquoi il dit ça le mec, il a pété les plombs ?”

 

Non, je vous rassure tout va bien, mais si vous saviez le nombre de personnes qui viennent nous demander des choses comme “je n’ai jamais fait d’arts martiaux, je ne me suis jamais bagarré et je sais pas me battre, je peux m’inscrire ?” Mais bien sûr que vous pouvez vous inscrire, vous êtes tous les bienvenus. Je ne vais pas le rappeler aux vétérans, car eux n’hésitent pas à se pointer dans un nouveau dojo (et ils ont bien raison). Donc pour répondre à ce genre de questions, bien sûr que vous pouvez venir même si vous êtes un total débutant en art martial, que vous n’avez jamais fait de sport, et que votre corps est tellement rouillé que votre conjoint(e) a cru que sans dégrippant vous n’arriveriez plus à aller au travail.

 

La seule chose qui peut empêcher votre venue, c’est le docteur. Lui c’est le grand gourou, s’il vous interdit de vous entraîner ça sert à rien d’essayer. Mais s’il vous y autorise, alors rien ne vous retient. Je pense à un élève que j’ai, il ne devrait plus être en état de marcher depuis plus de deux ans maintenant, suite à une maladie qui attaque ses tendons. Il s’est mis à la pratique du ninjutsu puis du ju-jutsu et grâce à celles-ci il a réussi à enrayer le processus de la maladie. Les médecins ne s’expliquent pas cela mais ce n’est pas grave, ce qui compte c’est que ça marche non? Bien sûr il a fallu s’adapter, y aller progressivement, mais on le fait avec chacun d’entre vous. On comprend celui qui n’en peut plus et qui arrête à 10 pompes au lieu de 20, le tout c’est qu’il progresse et que la prochaine fois il essaie d’en faire 11 !

 

 

La tenue

 

Une autre des questions qui reviennent souvent est celle de la tenue. “Je voudrais bien pratiquer mais j’ai pas de kimono”. Est-ce que cela vous viendrait à l’esprit de dire “Je veux essayer l’escalade, mais je ne sais pas si je peux j’ai pas tout le matériel”. Heureusement qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une tenue pour essayer la pratique, ni même les premiers temps quand on est débutant en art martial. Un jogging et un t-shirt sont suffisants. Peut-être même que le club à du matériel exprès pour vous ! La majorité des sports de combat nécessite très peu de matériel pour un débutant (compter entre 30 et 100 euros d’achats) avec un kimono pour la pratique du Karate par exemple.

 

Armure de samurai

 

Le coût des équipements

 

Ce qui peut revenir plus cher ce sont les chaussures pour les sports comme la Savate ou le MMA, les armes (et encore cela dépend vraiment desquelles) et les tenues spécifiques ou protections (Kendo, Kudo, etc.). Mais dans le Kendo par exemple, la plupart des clubs possèdent une tenue de prêt, qui ne sera sûrement pas ajustée mais ce n’est pas bien grave dans un premier temps. Avec le temps, vous allez pouvoir demander au Petit Papa Noël de vous aider à compléter votre tenue. L’ensemble du matériel nécessaire pour passer la ceinture noire de notre école de Mushinryu coûte environ 200 euros (kimono, protections de combat [avec casque, gants, protège-tibias, coquille,] et le bâton long appelé “jo”). Et l’ensemble de nos ados se les font offrir au fur et à mesure des noëls et anniversaires quand il reste 3 ans avant de passer la ceinture. À raison de deux évènements par an, sur 3 ans cela fait 200/6 = 33 euros par évènement. Alors je sais que vous n’êtes pas tous des ados (enfin vous faites semblant d’avoir grandi, je suis certain que dès que retentit la musique de Goldorak ou Dragon Ball vous êtes à fond !), mais il suffit de demander un peu d’argent à vos proches au lieu des éternels chocolats (et en même temps je vous comprends, le chocolat c’est trop bon). 😉

 

 

Venez comme vous êtes !

 

En tout cas n’hésitez pas, pointez-vous au dojo en jogging et en t-shirt (c’est toujours mieux qu’en slip me direz-vous), et votre entraîneur saura quoi faire, parce que vous ne serez ni le premier ni le dernier à débuter, en tout cas je l’espère.

 

Une boxeuse en tenue originale

 

En rapport avec la tenue, pensez à vous doucher avant la pratique si vous avez beaucoup bougé dans la journée. Vous allez passer un moment tendre à vous rapprocher d’autres personnes (ben quoi chacun sa vision de l’amour hein ><’), mais une mauvaise hygiène peut nuire à ce lien social. Pensez à bien vous couper les ongles, à vous laver les mains et les pieds et à attacher vos cheveux, de préférence de façon à ce qu’ils ne retombent pas sur votre nuque (avec un chignon le cas échéant) pour éviter une calvitie prématurée non naturelle. 🙂

 

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires en bas de cette page. Et si vous avez aimé cet article, aidez à faire connaître ce blog en mettant un like Facebook ou en partageant sur vos réseaux sociaux ! =D

 

Dans le prochain article on verra différentes règles à savoir pour bien se comporter dans une salle d’entraînement, ce qui pourra vous éviter quelques maladresses. 😉

 

À très vite !

 

 

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    10
    Partages
  • 10
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 Commentaires

  1. Bonjour,

    Article très intéressant. Mais j’aimerais poser une question qui me trotte dans la tête depuis pas mal de temps.

    En temps que pratiquant d’arts martiaux (ju-jutsu mushin ryu) J’aimerais savoir si il est mieux de se concentrer sur un seul art martial ou d’essayais d’en pratiquer plusieurs à la fois pour élargir son panel de techniques ??

    En espérant que tu puisse y répondre et permettre de compléter ton article 😉

    • Salut Alexandre, merci de ton commentaire =).

      Ta question est très pertinente, et fera d’ailleurs l’objet d’un article complet dans l’avenir !
      Mais je vais quand même te donner une réponse qui devrait t’aider à faire ton choix.

      ¨Pour moi, les arts martiaux et les sports de combat sont une immense montagne. Chaque style représente une façon différente de l’escalader. Mais au final, arrivé en haut tout se ressemble. Ce que je veux dire, c’est que les techniques ne sont qu’un moyen de progresser, ce n’est pas la finalité. Ce qui fait l’efficacité d’un combattant c’est le sens du combat (qui est développé par différents moyens et notamment les techniques). Donc chercher d’autres techniques dans un autre style pourquoi pas mais dans certaines conditions.

      Il faut d’abord avoir des bases solides dans son art martial (je pense qu’une dizaine d’années est ce qu’il faut par avoir des bases correctes, mais cela dépend de chacun, de sa vitesse d’apprentissage, du temps qu’il y consacre etc…). Tout simplement parce que, si tu n’as pas des bases solides alors tu risques de te mélanger les pinceaux et cela peut être contre productif.

      La deuxième chose est de savoir pourquoi tu vas pratiquer ailleurs. Par exemple, tu pourrais faire de la boxe pour choisir d’améliorer tes esquives, avec tes mouvements de buste et tes déplacements. Mais avoir une idée de pourquoi on y va est important. Jigoro Kano, le fondateur du judo envoyer ses élèves s’entraîner des années au karaté pour améliorer leurs déplacements et leurs frappes.

      Enfin, il faut pratiquer ce que tu auras choisi à fond. Si ta pratique n’est pas sincère tu ne feras pas de vrais progrès. On voit souvent des personnes qui pratiquent deux styles faire cette erreur. Par exemple, un pratiquant de viet vo dao et muay thai, qui ferait des mouvements de muay thai au viet vo dao et vice versa. Cela paraît étrange dit comme ça, mais cela arrive plus régulièrement qu’on le croit.

      Il faut garder en tête qu’un art martial ou un sport de combat est une méthode en soit, elle a tout un fonctionnement. Parfois une technique vous parait inutile, mais elle est là dans une but bien précis, vous faire travailler quelque chose de ciblé. Il faut d’abord réussir à appliquer cette méthode avant d’essayer d’aller voir ailleurs à mon sens.

      Attention, je parle d’une pratique d’un autre art martial régulière et assidue.

      Par contre pratiquer à l’occasion de stages ou de rencontres avec d’autres arts permet de se confronter, et d’apprendre des autres. Cela fait partie de l’apprentissage de tous, car cela permet de sortir de ta zone de confort.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrivez votre commentaire ici !
Écrivez votre nom ici ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.