Comment trouver sa place dans son club

0
329
trouver sa place arts martiaux

« Trouver sa place dans un club, dans un groupe voilà quelque chose de bien complexe. Est-ce que je n’en fais pas trop ? Est-ce que c’est bien à moi de faire cela ? Est-ce que je suis dans le club qui correspond à mes valeurs ? »

Voilà un sujet qui n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Alors pour réussir à vous aider bien vous placer dans votre club nous avons écrit cet article.

Et vous, quelle est votre position actuelle dans votre club ? Êtes-vous un nouveau, un débutant, ou un avancé ? Ou même un enseignant ? Personnellement j’ai la double casquette d’enseignant dans mon club et de nouveau dans un autre club où je prends des cours, c’est très plaisant d’avoir cette sensation de retourner au début, de ne pas être au centre de l’attention et de pouvoir lâcher la pression. Cela permet de se rappeler le Shoshin.

“La première condition de base pour s’épanouir pleinement dans sa pratique et progresser correctement est donc de trouver sa place, c’est-à-dire son école, son sensei (ou professeur) et un bon groupe avec qui pratiquer.” 

Philippe Galais, expert en Nihon Taijutsu  “Trois conseils pour améliorer votre pratique, par 15 experts” ebook téléchargeable gratuitement ici

Trouver son club pour trouver sa place

Avoir un bon club, qui correspond à vos attentes, est un premier pas pour être certain de vous épanouir.

Bien choisir son club de Sports de Combat ou Arts Martiaux

Pour bien commencer je vous invite à vous renseigner sur tous les cours proches de chez vous qui se rapproche de la discipline qui vous intéresse. Sauf si vous avez un avis arrêté sur ce que vous souhaitez faire, il est pertinent de vous intéresser aux disciplines cousines de ce qui vous attire, car l’enseignant y est pour beaucoup dans le plaisir que vous allez prendre à la pratique.

Pour avoir des idées de disciplines nous avons référencé les plus connues (attention c’est très loin d’être exhaustif, c’est seulement pour vous donner des pistes de réflexion). N’hésitez pas, soyez curieux, visitez plusieurs clubs.

De plus, je vous invite à suivre ces quelques règles afin de bien choisir une discipline qui vous correspond. Il y a des questions que vous devez vous poser comme : 

  • les horaires
  • le lieu (distance de chez vous)
  • la surface (tatami, ring, extérieur, etc,..)

Si vous avez réfléchi à cela, vous trouverez facilement ce qui sera le plus bénéfique pour vous et vous finirez par trouver votre place dans le groupe.

Réfléchir à vos valeurs

En PNL (Programmation Neuro-Linguistique) il est très important de connaître les valeurs qui sont les plus importantes pour vous. Pour cela il existe de nombreux exercices qui peuvent vous aider. Comme nous n’avons pas encore pris le temps d’écrire un article sur ce sujet, vous pouvez lire les deux ouvrages pour en savoir un peu plus

Ces valeurs sont en fait ce qui va guider votre façon de vous comporter. Être certain de vous inscrire dans un cours qui correspond à vos valeurs est extrêmement important.

“Nous avons tous une valeur suprême, une chose que nous désirons plus que tout, dans toute situation, que ce soit dans nos relations avec les autres, ou dans notre travail. C’est peut-être la liberté, l’amour les sensations fortes, la sécurité.”

Pouvoir Illimité, Anthony Robbins, p.426

Par exemple, imaginons trois clubs différents :

  • le club 1 est un club avec un groupe relativement sympa mais qui cherche toujours le dépassement de soi même s’ils doivent laisser quelqu’un de côté 
  • le club 2 est un groupe très sympa et qui cherche aussi à se dépasser mais ne laissera personne de côté
  • le club 3 est un groupe individualiste qui échange peu mais donnent tout à chaque entraînement pour faire de gros progrès. 

Si mes valeurs fortes sont l’entraide et le dépassement de soi, le deuxième club sera idéal pour moi mais le premier pourrait aussi convenir. Si j’inverse ces valeurs et que le dépassement de soi est plus important que l’entraide, alors le club 1 est le meilleur choix mais le second est aussi valable. Par contre, le troisième club va à l’encontre d’une valeur forte pour moi dans les deux cas et ne me convient pas, je ne trouverai pas ma place dans ce club.

Par contre, si mes valeurs fortes sont la confiance en soi et l’individualisme, alors le troisième club est le bon choix et je serai sûrement très malheureux dans le premier et le deuxième club.

Bien entendu ce n’est pas si simple et délimité dans la vraie vie, mais ce petit exemple sert à vous montrer comment les valeurs peuvent vous aider à choisir le club qui vous permettra d’être heureux dans votre pratique.

Trouver sa place demande une prise de risque

Lorsqu’on entre dans un groupe c’est toujours un moment de vulnérabilité. Vous arrivez au milieu de personnes qui se connaissent déjà, avec parfois des sous-groupes et des luttes intestines, et vous devez faire votre nid. Ajoutez à cela que vous êtes peut-être débutant et que vous allez devoir vous montrer dans des situations d’échec (ce qui est normal lorsqu’on apprend).  

Mais c’est un risque mesurable. Qu’est-ce que vous risquez vraiment, si ce n’est être déçu et, au pire, avoir perdu un peu de temps et de l’argent ? Pas grand-chose ! Qu’est-ce que vous avez à gagner ? Comme Olivier Le Gal vous pourriez vous trouver transformé.

Les Sports de Combat, et notamment les disciplines de contact, sont souvent stigmatisées du fait des images violentes qui peuvent circuler dans la presse. En effet, une commotion cérébrale est beaucoup plus sensationnelle qu’un abandon par soumission et ainsi on voit ces disciplines comme étant à haut risque.

trouver sa place risque

Cependant, si elles sont bien enseignées (ce qui est très souvent le cas) il y a peu de risques (je ne dis pas qu’il n’y a aucun risque mais qu’il est maîtrisé). Et ces disciplines, au même titre que de nombreuses autres, permettent de vraiment transformer votre vie en vous aidant à vous métamorphoser.

Maintenant que vous avez choisi votre club, il est temps de partager cet article à un maximum de personnes sur vos réseaux sociaux. Cela nous aide beaucoup alors n’hésitez surtout pas à le faire. 

Public spécifique : trouver sa place c’est trouvé ce qui nous va

Lorsqu’on fait partie d’un public spécifique, il est parfois difficile de savoir ce qui est faisable et bon pour nous. Afin de vous aider à y voir plus clair nous avons ici ciblé deux publics différents : les enfants et les seniors. Cependant, nous aurions pu en trouver d’autres comme les personnes en situation de handicap ou les femmes, et si vous en ressentez le besoin n’hésitez pas à nous le dire en commentaire. 

Les enfants

Ils sont jeunes, ils sont pleins de vie et le monde semble être un terrain de jeu pour eux. Cependant, les parents ont souvent peur de les inscrire dans un club d’Arts Martiaux ou de Sports de Combat. Je peux comprendre cette crainte, mais rappelez-vous que ces disciplines sont encadrées par des personnes responsables qui veulent le bien de vos enfants. 

Cela est très positif pour eux d’apprendre à gérer l’agressivité dès leur plus jeune âge. Quant à ce qui est de la violence, dites-vous bien que lorsqu’ils se bagarrent dans la cour de récréation il y a plus de risques de bobos (le sol n’est pas adapté, la pratique n’est pas encadrée, etc,..). Pourtant votre enfant revient entier (en règle générale). Une nouvelle fois le risque 0 n’existe pas, mais les Arts Martiaux peuvent apporter de nombreuses choses aux enfants. 

D’ailleurs, si vous faites partie des parents qui ont inscrit leurs enfants à un Sport de Combat, je vous invite à lire cet article pour l’accompagner au mieux.

trouver sa place public specifique

Les personnes âgées

Les personnes âgées ou séniors sont victimes de ce que l’on appelle la sénescence, c’est-à-dire la perte de qualités physiques à cause de l’âge. Mais on sait aujourd’hui que la pratique d’une activité physique peut aider à limiter cette perte jusqu’à un âge avancé. Mon arrière grand-père qui était paysan a coupé son bois jusqu’à 90 ans (et il était hors de question qu’on le fasse à sa place), car il entraînait son corps à bouger et c’était un moyen pour lui de garder la forme.

Pour ce qui est de la pratique d’un Art Martial, il est évident que cela est une bonne idée, et cela pour plusieurs raisons.

1 : On y travaille les qualités physiques essentielles à un vieillissement heureux, c’est-à-dire les capacités physiques permettant de continuer à se mouvoir (équilibre, proprioception, souplesse)

2 : On peut pratiquer en intérieur et sur un sol adapté (et donc on limite les risques de chutes suite à un sol détrempé)

3 : On travaille la mémoire lorsqu’on répète des enchaînements plus ou moins long

Donc oui, vous êtes à votre place dans un club d’Arts Martiaux si vous êtes une personne âgée. 

Bien entendu ce ne sont pas les seules raisons, mais ce qui serait encore plus parlant ce serait d’avoir le témoignage de personnes âgées en commentaire. Si cela vous concerne n’hésitez pas à nous dire ce que la pratique martiale à changé à votre quotidien.

Si vous êtes une personne âgée qui hésite à se mettre à la pratique des Arts Martiaux, lisez ces quelques conseils avant de vous lancer pour rester motivé et progresser.

Connaître sa “position” : la clé pour trouver sa place ?

Cette partie pourrait faire l’objet d’un article complet. Quelle est la place de chacun selon la position qu’il occupe dans le dojo. Cependant, nous allons essayer de la traiter ici car nous n’envisageons pas de publier cet article sans au moins vous toucher quelques mots sur ce thème. Un article plus développé verra certainement le jour un peu plus tard sur le blog, abonnez-vous à notre newsletter et téléchargez gratuitement nos cadeaux (une méthode de souplesse et 3 e-books de 15 experts internationaux).

Du débutant…

« La première phase de travail est celle de l’imitation. »

Richard Folny, expert en Nihon Tai-jutsu “Trois conseils pour améliorer votre pratique, par 15 experts” ebook  téléchargeable gratuitement ici

Lorsqu’on débute, il faut savoir comment se tenir, où se tenir et comment agir correctement. Cette position est extrêmement complexe. Si vous arrivez comme José et que vous faites comme si vous connaissiez tout le monde depuis des années alors que ce n’est pas le cas, vous risquez fortement de vous faire remarquer et cela pourrait vous porter préjudice. 😜 Mais si vous restez dans votre coin sans aller voir personne vous risquez de vous isoler et de ne pas trouver votre place.

Bien entendu il y a des règles de base dans un dojo que l’on vous invite à respecter. Mais il vous faudra surtout travailler votre observation et essayer d’imiter vos camarades. En faisant ainsi, petit à petit, vous trouverez votre place.

Il est normal de vous poser de nombreuses questions lorsque vous débutez, et c’est pour cela que nous avons écrit nos réponses à certaines que l’on entend régulièrement. 

Enfin, nous avons fait une petite fiche de vocabulaire si vous souhaitez vous faire votre propre séance de préparation physique. Comprendre ce vocabulaire vous donnera des pistes pour faire évoluer vos séances et vous préparer à progresser dans votre pratique. Le défaut du débutant est de souvent rester sur un entraînement constant ou alors de varier beaucoup trop. En changeant seulement un élément de cet article, vous pourrez faire varier vos entraînements et progresser. 

trouver sa place niveau arts martiaux

… en passant par l’élève avancé…

On parle ici d’un élève avec de l’ancienneté mais qui n’ enseigne pas. Il est fréquent qu’il y ait une phase de floue, de flottement, et que l’on discerne mal les limites. Surtout lorsqu’on est jeune et un peu immature. 

Pour illustrer mon propos je vais vous raconter une anecdote. Lorsque j’avais environ 17 ans, mon grand frère est devenu enseignant de Ju-jutsu Mushin Ryu. J’ai eu du mal à trouver la limite et je le taquinais en faisant des blagues de mauvais goût ou en mettant de la mauvaise volonté par exemple. Bien sûr, mon but n’était pas de le mettre dans l’embarras, mais je le faisais malgré moi. Cela n’a pas duré longtemps mais cette période n’a pas été agréable ni pour lui, ni pour moi. J’avais du mal à trouver ma place,car je devenais un ancien du dojo en même temps qu’un de mes repères évoluait.

J’ai pu observer cette dérive chez beaucoup d’adolescents lorsqu’ils obtiennent leur ceinture noire ou qu’ils sont reconnus comme des élèves “avancés”. En fait, on passe du statut de celui qui est aidé par les autres à celui qui devient une aide pour les élèves et l’enseignant. C’est ce statut un peu flou qui peut faire perdre de vue la place occupée. 

Pourtant cette place dans le dojo est centrale, c’est celle du Senpai. Lorsqu’on est dans cette position il est essentiel d’avoir un bon rapport avec son enseignant et d’oser lui demander quoi faire, car chaque enseignant à sa propre vision de ce rôle. Certains vous demanderont de simplement avoir une attitude exemplaire alors que d’autres voudront que vous l’aidiez à gérer les débutants en leur donnant des explications. Le tout est d’ouvrir le dialogue pour que tout se passe sereinement.

… à l’enseignant

Lorsqu’on devient enseignant notre place change. On ne se confond plus dans la “masse” des élèves, mais on est devant. En plus d’avoir une attitude exemplaire, de démontrer et d’expliquer correctement, il faut également réussir à faire preuve de bienveillance tout en leur permettant de se dépasser. Le nombre de leviers que l’on peut activer est incalculable, mais réussir à les utiliser au bon moment demande beaucoup de finesse.

Activer tous les leviers d’un coup est complètement contre-productif et peut nous faire perdre en crédibilité. C’est d’ailleurs une erreur fréquente chez les jeunes enseignants (en Arts Martiaux ou ailleurs). J’en ai moi-même fait les frais.. Mais ne vous inquiétez pas, lorsque vous débutez il est normal de se tromper. Petit à petit, vous apprendrez à utiliser telle ou telle action au bon moment.

Vient alors le problème de la place que l’on occupe. Quelle est votre position en tant qu’enseignant ? Choisir une position à un moment donné ne vous engage pas pour la vie, il faut essayer et trouver ce qui vous correspond. Certains préfèrent être au même niveau que les élèves alors que d’autres se situent largement au-dessus comme inaccessibles. Des enseignants préfèrent pousser les élèves dans leur dépassement avec une attitude stricte alors que d’autres adoptent une posture douce. Il existe de nombreuses variantes entre ces postures. 

Nous espérons que cet article vous aura permis de trouver votre place dans votre club. Si vous l’avez trouvé pertinent, n’hésitez surtout pas à le partager sur vos réseaux sociaux préférés. 

A très vite.

Cet article est corrigé par Henri-Pierre Juguet. Nous le remercions pour son travail de qualité. Si vous aussi vous souhaitez un bon relecteur/correcteur, voici son adresse mail :  hpj.correction.redaction@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici