Cet article fait partie d’un “événement interblogueurs” organisé par Elodie du blog Recettes de sportifConcrètement, il s’agit d’un événement où plusieurs blogueurs s’expriment sur un sujet imposé. Le thème de cet événement  est : “Ma pire erreur d’alimentation lors d’une épreuve d’endurance“. L’objectif est de vous faire découvrir des blogueurs de différents horizons grâce à des conseils qu’ils partageront sur le thème proposé. 

Si vous voulez un eBook avec les 5 récits des blogs participants, c’est sur ce lien que cela se passe ! 

 

Coureur sur une route

 

Le mot endurance peut vouloir dire bien des choses. On peut endurer une épreuve qui est difficile à supporter, psychologiquement ou physiquement. On peut également parler de la filière énergétique aérobie, autrement appelée la filière d’endurance (et même s’il y a un lien ce n’est pas tout le temps la même chose). Nous nous attarderons dans cet article à la définition suivante : exercice de longue durée ayant une intensité relativement faible. Une course à pied où l’on peut chanter, une balade à vélo, etc. Ce qui est intéressant, c’est que souvent le musculaire compte autant que le mental dans ce type d’exercice où il faut endurer psychologiquement la douleur continue.

Même si je ne suis pas le roi de l’endurance, j’ai fait quelques épreuves, et j’apprécie ses bienfaits autant que sa pratique. Et comme beaucoup de personnes, j’ai fait des tests d’alimentation ; pour voir ce qui me conviendrait le mieux. Je vais vous raconter ici comment je n’ai pas fait une fois, mais deux fois la même erreur. Eh oui ! quand on veut pas apprendre de ses erreurs on souffre deux fois plus !

 

 

Deux exercices bien différents

 

Une randonnée en montagne

 

Ma toute première randonnée d’une journée. J’ai une vingtaine d’années, j’aime le sport, je m’éclate, et je décide de faire une petite randonnée en montagne avec des amis. On va aller se découvrir de beaux paysages, profiter du beau temps, prendre l’air frais.

On est vraiment sur une activité d’endurance typique, avec de l’intensité assez basse et une durée très élevée. Avec les amis on a prévu des repas à emporter. Tout semble prêt pour une super randonnée. Rien ne laissait présager que ma pire erreur d’alimentation rôdait, prête à m’attaquer vicieusement sans que je m’y attende…

 

Femme qui cours dans un couché de soleil

 

Un stage 24 heures

 

Si vous nous suivez sur notre blog vous avez certainement entendu parler du stage 24 heures dans une de nos vidéos, et prochainement vous pourrez même vous frotter à l’épreuve. Mais c’est quoi au juste ?

Luminaire "open 24 hours"C’est 24 heures de pratique, sans gros temps de pause. Vous passez 24 heures à pratiquer, améliorer votre technique, vos réflexes, etc. Bien entendu cette pratique se fait dans le respect du corps. D’ailleurs je n’ai encore jamais vu de blessé sérieux (autre qu’une petite griffure ou un bleu) durant un stage de cette durée. En fait, c’est une vraie épreuve d’endurance. Même si l’on travaille parfois avec beaucoup d’intensité, ce qui nous fait tenir 24 heures c’est le fait d’être endurant.

Cette épreuve est un excellent moyen de faire votre préparation mentale. Si vous ne connaissez pas la préparation mentale on vous conseille de lire cet article.

C’était donc mon 3ème stage 24 heures, j’avais 22 ans. J’étais à la fois pratiquant et animateur. Le stage se passait très très bien. Jusqu’au moment où j’ai payé très cher ma pire erreur d’alimentation.

 

Ma pire erreur d’alimentation, où comment se retrouver trahi par son propre corps

 

Le carburant de votre corps

 

Pompe à essenceDe façon très schématique votre corps a besoin de nutriments pour réussir à créer de l’énergie et du mouvement. Si vous absorbez ce dont il a besoin il n’y a pas de problème, mais si vous en mettez trop, ou que vous ne mettez pas ce qu’il faut, attention aux dégâts. C’est pourquoi il est nécessaire de faire attention à notre alimentation.

Lorsqu’on pratique les arts martiaux et les sports de combat, on est souvent moins familiarisé avec les besoins du corps pendant les épreuves de longue durée. Surtout quand on est, comme je l’étais, un jeune chien fou pas tout à fait renseigné.

Donc, si j’ai un conseil à vous donner, c’est de bien vous renseigner sur les besoins de votre corps, surtout lorsque vous sortez de votre zone de confort, pour éviter des blessures inutiles. Moi j’aurais bien aimé esquiver ma pire erreur d’alimentation.

 

Le sel m’a trahi

 

Avez-vous remarqué que votre transpiration est salée ? Votre corps a besoin de sel lors de votre activité physique. En règle générale on mange suffisamment de sel dans notre alimentation quotidienne pour subvenir aux besoins pour une pratique d’environ 2 heures.

 

Sel avec des cuillères

 

Mais lorsqu’on a une une pratique plus longue, il faut se méfier. Ma pire erreur d’alimentation, cela a été de privilégier le sucre par rapport au sel. Lors de mes deux épreuves d’endurance que je vous ai présentées, je suis parti avec des fruits secs, de l’eau, des agrumes. Mais, même si j’en avais, j’ai mangé peu de produits salés. Et lors de ces épreuves j’ai tendance à préférer manger sucré.

 

Les effets du manque de sel

 

Dans les deux cas j’ai payé cher ma pire erreur d’alimentation. Des crampes fulgurantes, et longues à dissiper.

Dans le cas du stage 24 heures, qui est la première manifestation de ce manque de sel, ce fut très douloureux. Une crampe qui m’a pris le mollet droit en plein travail au sol. Mon mollet était contracté, impossible de me relever. J’avais l’air malin ! J’ai quand même pu repartir m’entraîner après un temps de repos. Et le lendemain, mon mollet été encore tout contracté de cette terrible épreuve.

 

Footballeur qui a une crampe
J’étais un peu comme ça…

 

Pour la randonnée, je m’étais dit que cela irait, vu que c’est bien moins impressionnant qu’un stage 24 heures. La crampe m’a pris sous le pied gauche, en pleine montée. Cela nous a forcés à faire une pause de 30 minutes, mais la douleur avait totalement disparu le lendemain.

Dans les deux cas j’ai appliqué le même protocole. Étirer le muscle, boire de l’eau, manger un peu de sel, attendre et mobiliser l’articulation. Heureusement qu’il n’y a pas eu de conséquences plus lourdes ! J’aurais pu tomber et me blesser par exemple.

 

Ce que ça a changé dans mon alimentation

 

Plateau de charcuterieMaintenant je fais comme mon ami José, je pars avec de la charcuterie à chaque stage 24 heures ou épreuve de longue durée. Mais bon c’est assez gras et je sais que tout le monde n’aime pas faire des chutes ou combattre après un bon saucisson. Alors, au cas où, je prends aussi des noix de cajou salées par exemple, des chips ou de la viande séchée.

 

Oléagineux sur une table (noix, noix de cajou, noisettes, amandes..)Je sais bien que ce ne sont pas les meilleurs aliments pour ce type d’épreuve, mais j’ai bien compris une chose. Si ce que j’ai ne me fait pas envie, je ne le mangerai pas. Il faut toujours avoir des choses qui nous font envie.

Mais, je prévois aussi des repas salés (un petit tupperware) avec une salade composée par exemple. Je mets du riz, du thon, de la tomate, de l’avocat. Que des choses que j’aime et qui vont me donner envie.

Il ne me servirait à rien de prendre quelque chose de très bon pour le sport si je sais que je ne pourrai pas le manger. Il faut aussi connaître son corps et ses limites !

Si cet article vous a plu n’hésitez pas à lire notre article “Pourquoi faire un menu“, qui devrait également vous être utile.

Cet article se termine maintenant, je remercie Élodie pour sa proposition de carnaval.

A très vite !

 

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    16
    Partages
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Commentaires

  1. C’est clair que les crampes sont généralement inoffensives mais ultra douloureuses et invalidantes. Comme tu le dis très justement, l’alimentation et l’hydratation sur des épreuves de longue durée, ça se prépare ! La crampe peut avoir plusieurs causes. Le sel joue comme un défaut d’hydratation ou un manque d’apport en magnésium et potassium. C’est une excellente chose que tu emportes des fruits secs et des fruits séchés sur ce type d’épreuve. Pour la prochaine, je te propose de tester une boisson de l’effort composée de 750ml d’eau, 250ml de jus de fruits (pomme ou raisin sont très bien), 1 pincée de sel et une pointe de sel de potassium. C’est le sel qui est utilisé par les personnes en régime “sans sel”. Il se trouve dans le même rayon que le sel classique au supermarché. Tu pourras consommer la boisson en alternance avec de l’eau et de la nourriture.
    En tous cas, merci pour ton partage d’expérience 😉

  2. Salut Marcin,
    Super ton article ! Concernant ce problème de crampe , as-tu chercher dans d’autres directions ?
    Personnellement je tiens un blog sur l’alimentation et plus particulièrement sur la perte de poids avec le jeûne intermittent.
    Je parle du sport et de ses bienfaits en période de jeûne. Connais-tu ce principe ? As-tu déjà essayé ?
    Je te laisse le lien si tu veux aller faire un tour 😉
    https://mon-super-regime.com/

    • Bonjour Gabriel et merci pour tes encouragements.

      J’avoue ne pas avoir chercher ailleurs car je n’en ai que très rarement et c’est souvent lorsque je ne mange pas assez de sel, (ou aliment apportant du magnesium comme la banane) que j’ai des crampes.

      Super ton blog je vais aller y jeter un oeil 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrivez votre commentaire ici !
Écrivez votre nom ici ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.