Se fixer des objectifs qui conviennent

0
159
des objectifs qui conviennent

Se fixer des objectifs est un élément important et quasiment nécessaire à la réussite. Si vous n’avez pas un cap précis sur l’océan de la vie, vous risquez de finir par vous noyer au milieu des vagues sans atteindre de terres. C’est pour cela qu’avant chaque départ pour un grand projet il est important de se fixer des objectifs qui sont bien établis. Et, si vous souhaitez de l’aide pour y arriver, vous lisez le bon article.

Si cet article est utile pour l’ensemble des lecteurs, mais il le sera encore plus si vous avez tendance à : 

  • tout le temps changer vos objectifs
  • ne pas bien calibrer vos objectifs (trop facile ou trop difficile)
  • ne pas vous sentir à l’aise à affirmer vos objectifs
  • ne pas atteindre vos objectifs et abandonner en cours de route
  • ne pas accepter un échec

Cet article est tout aussi important pour un pratiquant d’Arts Martiaux que pour quelqu’un qui a un objectif dans la vie. C’est pourquoi on vous invite à le partager sur l’ensemble de vos réseaux sociaux. Un objectif bien défini est un excellent moyen de progresser, mais à l’inverse il peut vous faire perdre beaucoup de temps s’il est mal calibré.

“Identifier, définir, sélectionner les buts de travail ou d’entraînement est un procédé méthodologique qu’il faut prendre très au sérieux.” 

Patrick Roux, expert en Judo  “Trois conseils pour améliorer votre pratique, par 15 experts” ebook téléchargeable gratuitement ici

Se fixer de bons objectifs

Tout d’abord quel est votre grand objectif, un objectif qui vous fait rêver, un objectif qui vous tient à cœur ? Dites-le-nous en commentaire car affirmer son objectif c’est renforcer son envie de l’atteindre. 

Se fixer des objectifs corrects

Avoir des objectifs mal formulés est le meilleur moyen de ne pas les atteindre. En effet, vu qu’ils ne sont pas bien construits, vous risquez d’en changer rapidement. C’est pourquoi je vous invite à faire attention à bien choisir vos objectifs.

Décider aujourd’hui de devenir multimillionnaire demain est un objectif complètement fou, non ? Sauf si vous avez déjà une grosse fortune et que vous êtes en capacité d’acquérir ce qu’il vous manque dans le temps imparti. 

Voilà ce qu’est un bon objectif : quelque chose qui doit être suffisamment stimulant pour vous motiver, mais pas inaccessible pour éviter de briser votre détermination. 

Pour se fixer des objectifs bien calibrés il existe la fameuse méthode SMART que vous connaissez certainement. Si ce n’est pas la meilleure dans l’absolue, elle a l’avantage de pouvoir être facilement mise en pratique de manière autonome. Comme le dit le proverbe “Le mieux est l’ennemi du bien”, car à trop vouloir la perfection on reste bloqué et on n’avance pas, il vaut mieux utiliser cette méthode qui vous permettra d’avancer plutôt que de chercher une méthode parfaite et ne rien faire. D’ailleurs il m’arrive de l’utiliser pour moi-même ou les personnes que j’accompagne. Ce n’est que plus tard, lorsque j’en ressens le besoin, que j’affine mes objectifs.

Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, il s’agit d’une méthode où chaque lettre à une signification. Voici la façon dont j’aime la présenter : 

  • S comme spécificité : en quoi cet objectif vous correspond à vous et à votre situation ? Cela va vous obliger à définir des objectifs précis qui correspondent à votre identité. “Je veux devenir ceinture noire” est un objectif qui peut être énoncé par la majorité des pratiquants mais “je veux être ceinture noire car je me sentirai plus confiant, ou parce que cela montrera la ténacité dont j’ai fait preuve, etc,..” est quelque chose qui fera référence à ce qui vous tient à coeur à vous.
  • M comme mesurable : comment allez-vous voir que vous avez atteint votre objectif, et comment allez-vous savoir que vous êtes en bonne voie pour y arriver ? Cela peut sembler anodin mais le fait de contrôler sa progression est quelque chose d’extrêmement important lorsqu’on souhaite atteindre un but que l’on s’est fixé. On y revient un peu plus tard dans cet article. 
  • A comme ambitieux : est-ce que cet objectif vous tire suffisamment vers le haut ? Cela vous permet de vérifier que cet objectif n’est tout simplement pas trop facile. Lorsque vous arrivez à courir 10 Km lors d’une séance de course, vous fixer l’objectif de faire 10,1 Km n’est pas très stimulant. Alors que pour quelqu’un qui peine à terminer les 9 Km cela est assez ambitieux pour le motiver.
  • R comme réaliste : est-ce que vous avez les moyens de vous lancer dans ce projet ? Est-ce que cet objectif peut réellement être atteint ? Si vous avez 45 ans et que vous souhaitez participer aux Jeux Olympiques sans aucune pratique sportive auparavant c’est difficile. Par contre, essayer de devenir champion du monde senior d’une discipline, selon votre niveau et votre implication peut être envisageable.  On peut également souvent lire que l’objectif qui est fixé doit être relié à un autre plus grand encore. Personnellement j’aime utiliser les deux façons car les deux sont importantes.
  • T comme temporel : pour quand est prévue la réalisation de cet objectif ? Se définir une ligne temporelle est très important pour éviter la procrastination. 

Attention aux croyances limitantes

des objectifs qui conviennent ambition

Les croyances limitantes sont une des raisons qui font que vous avez des difficultés à vous fixer des objectifs stimulants. Et, si vous n’êtes pas stimulé, vous ne pourrez pas atteindre le but que vous vous êtes fixé. 

Dans le paragraphe précédent nous avons vu qu’il faut se fixer des objectifs suffisamment ambitieux. Seulement ce n’est pas très facile.

Savez-vous qui est le premier frein au fait qu’il est difficile de se fixer des objectifs qui sont suffisamment audacieux ? Vous-même.

Je ne dis pas que c’est de votre faute, mais nous avons tous des croyances limitantes qui découlent de notre éducation et de notre expérience. Et, si vous n’en avez pas conscience, ces croyances peuvent avoir des effets extrêmement négatifs sur votre vie. 

Pour prendre un exemple concret, je pense qu’une bonne partie d’entre-vous a eu un petit sentiment de dérangement à la lecture du mot ambitieux (et c’est pour cela que je le choisis plutôt qu’audacieux), car socialement ce mot est connoté péjorativement. Il n’y a qu’à regarder les synonymes que l’on trouve à ce mot “cupide, arriviste, mégalomane, présomptueux, pompeux, prétentieux”. Dans notre société on ne nous invite pas à avoir de l’ambition, des projets qui nous permettraient d’évoluer socialement.

A cela s’ajoute le fait que vous manquez peut-être de confiance en vous pour différentes raisons. Peut-être avez-vous intégré par expérience que vous étiez maladroit ou peut-être est-ce parce qu’on vous le rappelle depuis que vous êtes jeune.

Les croyances limitantes peuvent avoir de nombreuses sources et tout autant de formes. Il faut que vous vous en méfiiez. Lorsque vous avez l’impression que quelque chose n’est pas fait pour vous, que cela ne vous correspond pas, demandez-vous toujours pourquoi vous pensez cela et est-ce que vous ne pourriez pas changer la donne. 

Si vous avez vraiment l’impression d’être bloqué par ce type de croyances, je vous invite à vous rapprocher de quelqu’un qui peut vous aider à dépasser ces blocages. À ce titre je me permets de vous rappeler qu’Anne est coach de vie (gestion des émotions, dépassement de blocages, etc,..) et que Marvin est préparateur mental. Nous pouvons donc répondre à vos questions n’hésitez pas  nous envoyer un mail à : contact@corps-et-esprit-martial.com

Attention tout de même à ne pas confondre audace et témérité. Il arrive que certaines personnes ne se rendent pas compte de la tâche à accomplir. Pour éviter de vous fourvoyer, je vous invite à présenter vos objectifs à plusieurs personnes de confiance qui ont déjà atteint le but que vous souhaitez vous fixer. Pourquoi de confiance ? Car certaines personnes, pour des raisons d’ego, peuvent parfois essayer de vous détourner de vos projets alors que vous seriez en mesure de les atteindre. 

Se fixer des objectifs en accord avec ses valeurs

Si vous avez du mal a affirmer vos objectifs devant vos proches ou alors que vous avez l’impression qu’ils ne sont pas assez stimulants ou trop difficiles, c’est peut-être qu’ils ne sont pas en accord avec vos valeurs. Chacun d’entre nous à des valeurs et si vous n’y prenez pas garde, vous risquez de vous épuisez en courant après quelque chose qui ne vous correspond pas. 

Il est extrêmement important de se fixer des objectifs qui correspondent à ses valeurs, qui vous tirent vraiment vers le haut. Il existe de nombreux exercices pour définir quelles sont vos valeurs motrices mais je ne peux pas m’appesantir ici sur eux. Si vous en avez besoin, je pourrai vous faire un article consacré à ce sujet. 

Si votre plan a pour finalité quelque chose qui vous tient intrinsèquement à cœur, vous mettrez deux fois plus de cœur à l’ouvrage. Par exemple si pour vous la famille est ce qui compte le plus, gagner de l’argent pour mettre les vôtres à l’abri du besoin et leur permettre d’avoir des activités qui les passionnent vous motivera plus que gagner de l’argent pour acheter une très grosse maison (qui correspondra plus à quelqu’un pour qui la réussite sociale est importante).

Cela ne va pas nécessairement changer l’objectif en soi (dans l’exemple précédent gagner de l’argent), peut être que cela ne changera même pas la finalité (acheter une grosse maison) mais cela transformera votre rapport à cet objectif et donc votre stimulation (dans un cas vous vous direz “je souhaite protéger ma famille” et dans l’autre “je veux prouver que j’en suis capable”). Et c’est ce petit détail qui fera une grosse différence sur le long terme. 

Contrôlez vos progrès, ou comment suivre vos objectifs

Pour réussir à atteindre vos objectifs à long terme nous avons fait un article qui vous donne des astuces. Mais ici nous allons voir comment, lors de la création de vos objectifs, vous pouvez déjà créer des points améliorant vos chances de réussite.

Décomposer vos objectifs

objectifs qui conviennent division

Souvent, les personnes que l’on accompagne ont bien cerné l’objectif principal, l’objectif qui est à long terme. Mais il n’y a aucune décomposition de celui-ci en plusieurs étapes. Résultats, il semble parfois insurmontable ou alors ils ont l’impression de ne pas avancer et ils finissent par baisser les bras. En suivant les conseils de ce paragraphe vous pouvez éviter ce problème. 

Si je vous demande aujourd’hui de réussir une tâche qui vous semble inaccessible, comme courir un trail ou un marathon (je pense que certains lecteurs ont déjà fait ce type d’expérience mais je vous laisse libre de prendre tout autre exemple qui vous convient), cela risque de vous paralyser. Cela peut avoir des effets négatifs comme :

  • De l’inaction
  • Des actions désorganisées et pas nécessairement efficaces
  • Une importante somme de stress
  • Un boost de motivation en premier lieu suivi d’une réduction importante de celle-ci

Ce que je vous invite à faire c’est de définir des sous-objectifs de moyens et parfois de fin. Je m’explique, un objectif de fin est le fait de réussir ou non une tâche sans aucun degré de réussite, par exemple : gagner une compétition, obtenir un grade, être à un certain poids, gagner X euros par an, etc.. Un objectif de moyen, quant à lui, a pour but d’améliorer vos chances d’atteindre l’objectif de fin, et il peut être plus ou moins atteint. C’est, par exemple, avoir un meilleur cardio, améliorer sa foulée, mieux gérer son alimentation, améliorer sa place dans son emploi, etc ,..

Pour la notion de sous-objectif on peut dire que votre gros objectif de fin est à long terme (courir un marathon dans un an). Le diviser en objectif à moyens et court terme sera efficace.

Avoir des objectifs de moyens tout au long de votre programmation pour atteindre votre but vous donnera des repères et les points sur lesquels vous devez vous entraîner pour vous améliorer. Des objectifs de fin comme être capable de courir un semi-marathon en un temps donné peut vous donner des points d’observation de votre progression objectifs.

Une excellente méthode pour atteindre les objectifs de moyen est l’utilisation de routines. En étant régulier dans un exercice en particulier vous pourrez vous améliorer sur les moyens de réussite. En plus c’est une très bonne méthode d’économiser votre motivation car vous n’avez pas de décision à prendre.

Par exemple, pour de nombreuses raisons j’ai eu envie de pratiquer la cohérence cardiaque. Pour me faciliter la tâche j’ai placé mes 3 séances à des moments clés : 

  • après mon café
  • avant mon repas du midi
  • à la sortie de mon travail
  • après mon entraînement du soir (ou avant le repas)

Pour trouver des idées d’objectifs de moyen, on ne peut que vous conseiller de lire les 3 e-books “3 conseils pour faire évoluer votre pratique” écrits par 15 experts, et qui sont disponibles gratuitement juste ici.

Voici une vidéo pour bien former vos routines afin qu’elles soient le plus efficaces possible.

 Des moyens de contrôle

Cela ne vous est jamais arrivé de travailler toute une journée et de vous dire à la fin de la journée “j’ai passé tout ce temps pour ce résultat” ? Personnellement cela m’arrive, surtout quand je bricole. 😭. Mais en ayant des moyens de contrôles prédéfinis vous pourrez vous sentir progresser et vérifier que vous avancez dans la bonne direction.

Attends José, pose ton stylo ce n’est pas un contrôle scolaire. Tu peux aussi poser ton sifflet, tu ne fais pas un contrôle de papiers. Il s’agit seulement d’avoir des critères de validation de vos objectifs, pour savoir si vous avez réussi à atteindre le point que vous vous étiez fixés. 

controler progression

Si cela est assez évident pour les objectifs de fin (vous avez réussi ou non) il n’en est pas de même pour les objectifs de moyen. Il est très important de définir en amont comment vous allez évaluer votre progression. 

Pourquoi le faire en amont ? En premier lieu pour définir un point qui servira de référence. Par exemple, “je veux être capable de frapper plus vite” peut être évalué en filmant votre temps pour faire un enchaînement précis lors d’un signal aléatoire, ou alors on peut évaluer le nombre de frappes faites dans un temps donné. Mais si vous ne prenez pas de chiffre avant le début de votre entraînement comment évaluer la progression ? 

En plus, cela a un avantage considérable : cela va vous permettre de vous récompenser. Et, en plus de la joie que l’on a à se récompenser, c’est un très bon moyen qui permet de rester motivé pour atteindre ses objectifs.

Gestion de l’échec

“ Il y a aussi le rapport à l’échec. Si on entreprend quoi que ce soit, l’échec est inévitable à un moment ou un autre, et il ne faut pas le redouter. Mais beaucoup se sentent dévalorisés lorsqu’ils rencontrent l’échec. Si on sait en tirer des leçons, même une erreur est source de progrès. En ce sens, un échec est une occasion d’avancer, de rebondir.” 

Franck Ropers, Yashima tome 12
franck ropers corps et esprit martial

À mon sens si on n’échoue jamais c’est que ce que l’on fait est trop simple. Cela peut avoir un certain intérêt (renforcement de l’estime de soi et de la confiance en soi par exemple), mais cela ne permet pas vraiment le progrès technique, car cela signifie que ce que l’on fait est trop simple. 

C’est d’ailleurs en cela que le rôle de Uke est très important car il doit mettre une difficulté surmontable mais pas trop légère. Ici, vous trouverez toute une réflexion et des conseils pour vous améliorer dans le rôle de partenaire / Uke.

Attention cependant, en préparation physique l’échec doit être calibré avant la séance et ne doit pas nécessairement être effectif à chaque séance. Il peut être provoqué par un nombre de répétitions qui ne peut pas être totalement effectué en fin de séance (il manque par exemple une ou deux répétitions), ou alors le but est d’aller “à l’échec” c’est-à-dire jusqu’à la dernière séance que vous êtes capable de réaliser. L’échec peut également être sur la qualité de la réalisation, comme un temps de réaction trop lent lorsqu’on travaille sur la vitesse réactionnelle. Il y a de nombreuses formes d’échecs, mais elles doivent impérativement être anticipées et contrôlées (cela signifie parfois d’avoir une parade d’un camarade), pour éviter les blessures. 

On espère que cet article vous a plu. Si c’est le cas on vous invite à nous le dire en commentaire et à penser à vous abonner pour ne pas manquer les suivants !

 À très vite ! 

Cet article est corrigé par Henri-Pierre Juguet. Nous le remercions pour son travail de qualité. Si vous aussi vous souhaitez un bon relecteur/correcteur, voici son adresse mail :  hpj.correction.redaction@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici