Limiter le risque de blessure facilement

0
171
risque de blessure

Je pense que vous souhaitez tous limiter le risque de blessure qui est malgré tout présent dans la pratique martiale. Que cela soit la blessure légère comme un hématome ou une blessure lourde comme un os brisé, cela n’est jamais agréable lorsqu’elle survient. S’il est compliqué d’empêcher totalement les blessures légères dans les Sports de Combat ou les Arts Martiaux de plein contact, je connais de nombreuses personnes qui ont pu éviter les blessures sérieuses. Je vous donne ici les conseils que j’ai pu retenir.

Avant d’aller plus loin, sachez qu’être souple est un bon moyen de limiter le risque de blessure car plus vos articulations auront une amplitude de mouvement importante, plus elles seront capables d’éviter les traumatismes. Pour vous assouplir vous pouvez utiliser notre méthode de souplesse dédiée aux Arts Martiaux et Sports de combat, disponible gratuitement.

Limiter le risque de blessure, des règles évidentes mais importantes

La juste mesure

“Répéter nécessite de la patience, de l’humilité, du temps et souvent l’acceptation d’une certaine dose de douleur, car nous sommes dans le domaine des arts de combat et le combat ça fait mal.”

Philippe Galais, expert en Nihon Taijutsu  “Trois conseils pour améliorer votre pratique, par 15 experts” ebook téléchargeable gratuitement ici

“La douleur n’est qu’une information”, voilà une phrase que j’entends régulièrement, et cela est totalement vrai. Comme toutes les infos, il faut savoir comment la prendre en compte. Lorsque vous avez mal quelque part, cela signifie que cette zone est soumise à un stress, une contrainte qu’elle a des difficultés à gérer. Forcer dans la douleur est possible, mais cela risque d’aggraver les lésions. Si cela est largement envisageable dans une cadre de survie, c’est peut-être plus contestable lors d’un entraînement.

Je ne vous dis pas qu’il n’est pas important de se dépasser, mais il est tout de même nécessaire de développer une conscience de votre corps suffisante pour savoir quand continuer et quand s’ arrêter.

De plus, on pense souvent que l’entraînement avec des équipements de protection est mauvais. Ce n’est pas nécessairement le cas. Un casque, des gants épais, un protège-cuisse peuvent éviter bien des problèmes dans le court, moyen et long terme.

Encore une fois, il est possible de varier les exercices et les intensités avec et sans équipements de façon à vous entraîner dans plusieurs situations tout en limitant les risques de blessure.

Par exemple : je m’entraîne à intensité maximale sans protection mais dans une situation restreinte (l’adversaire n’a le droit de faire que 2 ou 3 mouvements, ce qui lui permet d’apprendre à placer ces enchaînements et au défenseur d’apprendre à s’en protéger). Je m’entraîne à pleine intensité en contexte libre avec protection. 

Attention cependant, choisissez des équipements de bonne qualité qui protègent bien votre corps, un casque mal adapté pourrait causer des lésions aux cervicales par exemple. 

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce thème, nous ne pouvons que vous conseiller l’interview d’Hugo Fonghetti à propos de la pratique longue.

Se reposer et prendre son temps

Si vous ne vous reposez pas, vous ne progressez pas. Votre corps se transforme pendant le repos. 

Pensez à organiser vos entraînements pour avoir le temps de récupérer entre les différentes séances, mais aussi à prévoir des activités de récupération comme celles que l’on vous a préconisées dans “le repos, la clé de la réussite”. 

Le manque de repos va souvent de pair avec le fait de reprendre l’activité physique après un temps d’arrêt. On souhaite reprendre au niveau que l’on avait avant mais ce n’est pas forcément possible de le faire immédiatement.

Je vous conseille de faire une remise en forme progressive, comme on vous l’a expliqué dans notre article.

risque de blessure repos

Lorsqu’il s’agit du corps, aller plus vite ne signifie pas aller plus loin. Prenez le temps qu’il vous faut pour progresser, pour construire vos muscles et cela se passera très bien.

Limiter le risque de blessure tout en prenant du plaisir

Prendre du plaisir à faire des pauses

“Des années plus tard, je comprendrais ce que cela signifiait nuer à progresser tout en se reposant. Le fait d’être naturellement attentif et conscient de notre environnement, quelle que soit l’activité entreprise durant nos vacances, nous permettait de continuer à nous améliorer. Pendant les périodes de repos, le simple fait de marcher et d’agir avec pleine intention pendant les moments simples de chaque journée, constituait un entraînement.”

Uchideshi, dans les pas du maître, Jacques Payet, p.139

Si comme moi vous êtes passionné, vous avez peut-être du mal à faire des pauses, pourtant cela a de nombreux bénéfices. Depuis que j’ai trouvé ces 6 raisons de faire des pauses, cela m’est beaucoup moins compliqué.

Ces pauses permettent à votre corps de se reposer, mais aussi à votre esprit. C’est comme lorsque vous conduisez depuis plusieurs heures, votre vigilance baisse et vous risquez l’accident. Lorsque vous pratiquez régulièrement, votre esprit peut passer en mode automatique et vous augmentez le risque de blessure. 

Attention, je parle ici de pauses de quelques jours / semaines, ne faites pas comme José qui prend 3 mois de pause tous les 6 mois… 😜

Et si vous cherchez des activités qui peuvent vous permettre de faire des pauses tout en vous défoulant, nous vous proposons 8 autres types de sports. De cette façon aucune culpabilité car vous progresserez tout en faisant autre chose.

Trouvez un partenaire d’entraînement pour rester régulier sans vous blesser

Lorsqu’on a un partenaire d’entraînement régulier, cela nous aide à rester assidu à l’entraînement. C’est d’ailleurs une des choses que l’on a évoquées à propos des bienfaits de s’entraîner à deux. Mais cela à de nombreux autres avantages. 

rsque de blessure partenaire

Nos disciplines ont pour but le travail avec partenaire/adversaire, et nous avons besoin de confiance pour nous dépasser. Cette confiance prend du temps pour s’installer, mais elle vous permettra de limiter le risque de blessure, car lorsque vous n’avez pas de réticence vous êtes plus relâché, et on sait que le relâchement adapté est très utile pour travailler en sécurité.

En vous entraînant régulièrement avec la même personne, vous apprendrez à vous connaître et à vous faire confiance, ce qui vous permettra d’intensifier le travail petit à petit sans vous blesser.

De même, un partenaire qui a l’habitude de travailler avec vous remarquera si vous n’êtes pas vigilant et pourra vous le dire ou adapter son travail. 

Cet article touche à sa fin, pour trouver un partenaire d’entraînement il ne vous reste plus qu’à partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés ! En plus, cela vous permet de soutenir notre travail gratuitement et en moins de 30 secondes, donc n’hésitez pas !

À très vite.

Cet article est corrigé par Henri-Pierre Juguet. Nous le remercions pour son travail de qualité. Si vous aussi vous souhaitez un bon relecteur/correcteur, voici son adresse mail :  hpj.correction.redaction@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici