Cet article participe à un carnaval d’articles que nous organisons sur notre blog. Vous avez sûrement lu des articles que nous avons faits pour ce type d’évènement interblogueur, comme “Les arts martiaux m’ont permis d’être heureux au quotidien“. Nous avons choisi le thème “Dépasser ses limites”, car il nous semble que c’est un thème qui devrait vous aider au quotidien comme dans votre pratique martiale. D’ici quelque temps nous ferons un article récapitulatif avec tous les articles de tous les blogs participants. Nous vous offrirons également un eBook avec l’ensemble de ces articles.

Maintenant que tout cela est clair, nous pouvons présenter notre article. Il va vous permettre de briser vos croyances limitantes, qui vous empêchent de progresser. 

Nous verrons comment dépasser ses limites physiques, qui peuvent expliquer que parfois vous n’arrivez pas à faire un mouvement ou tenir un combat. Puis nous verrons comment briser le schéma mental qui vous empêche de progresser au quotidien. Le mental nous permet de tirer les meilleures performances de nos capacités physiques.

 

Pourquoi dépasser ses limites

 

C’est vrai ça ! Au final, je suis très bien à mon stade actuel je ne cherche pas spécialement à aller plus loin !

« Celui qui veut réussir doit apprendre à combattre, persévérer et souffrir. »  
                                 Bruce Lee, fondateur du Jet Kun Do et acteur

Progrès

 

Dans certains articles nous avons parlé de la pratique sans but, de pratiquer pour pratiquer, le mushotoku. Cependant, si je ne cherche pas à m’améliorer, cela va avoir plusieurs conséquences.

Tout d’abord, je risque de me lasser. Rappelez-vous la scène de Karaté Kid “peindre palissade, lustrer voiture”. Ce qui fait que beaucoup de personnes perdurent dans une pratique, c’est le fait qu’elles évoluent. Si elles stagnent trop longtemps, elles se lassent. C’est ennuyeux de répéter le même mouvement sans se voir progresser. Et je suis prêt à parier que vous êtes de ceux-là !

Mais vous risquez de ne plus être concentré dans ce que vous faites. Vous prenez donc le risque de vous blesser ou de blesser votre partenaire. Je suis certain que ce n’est pas votre objectif.

Le fait de chercher à dépasser vos limites est un excellent moyen de réussir à progresser, que cela soit sur le ring ou dans votre vie privée ou professionnelle. Si vous arrivez à faire une attention particulière pour votre cher(e) et tendre, même si pour vous cela a été compliqué, je suis sûr qu’il ou elle saura vous le rendre. Se dépasser, c’est sortir de sa zone de confort, ce qui permet d’apprendre à s’adapter à quelque chose de plus compliqué ! Pour en savoir plus sur pourquoi et comment sortir de votre zone de confort n’hésitez pas à lire cet article. Vous pourriez être surpris.

Confiance en soi

 

 

Lion qui surveille

 

Réussir à s’adapter à plus de situations nous donne plus de confiance en nous. Si l’on a l’habitude de réagir face à des situations qui nous paraissent impossibles, alors une situation inopportune nous dérangera moins.

Cependant, cela signifie réussir à dépasser ses limites. Si l’on s’impose une épreuve trop importante et que l’on échoue, cela peut avoir l’effet totalement inverse et briser la confiance que nous avons dans nos propres capacités. C’est pour cela qu’il faut impérativement bien doser notre étape ! Même si l’erreur n’est pas une fatalité. Pour en savoir plus, lisez notre article “L’erreur une marque positive de notre progression“, vous pourrez ainsi progresser plus vite en vous appuyant sur vos erreurs.

 

Être prêt mentalement : connaître et dépasser ses limites

 

Le fait de dépasser vos limites implique que vous connaissiez vos limites. C’est une chose très importante. Cela peut vous éviter des blessures ou des erreurs qui pourraient vous coûter cher. D’ailleurs c’est aussi un élément qui vous permet d’avoir confiance en vous, car vous savez exactement ce dont vous êtes capable.

Connaître ses limites vous permet aussi d’éviter de vous mettre en danger inutilement et vous permet de prendre les meilleures décisions dans des situations critiques. Personnellement, les rares situations où j’ai dû utiliser ma discipline, j’ai toujours remercié le fait que mes sensei (enseignant) m’aient fait dépasser mes limites régulièrement.

 

Attention aux risques

 

Drapeau tête de mortAttention, dépasser ses limites est une façon de progresser et d’apprendre. Cela ne doit pas être la seule façon de faire. Il est également important de travailler à améliorer ce qui est dans nos limites sans les dépasser. Cela permet d’élargir nos compétences et donc d’éloigner nos limites sans les dépasser.

Par exemple je me concentre sur un mouvement que je connais très bien et je le répète pendant trente minutes sur un rythme moyen. Je n’ai pas dépassé mes limites, mais j’ai certainement progressé sur le rythme, la puissance, etc.. Ce qui fait qu’en combat je pourrais peut-être projeter un adversaire qui me pose problème. J’ai donc dépassé mes limites de façon indirecte.

Je vous demanderai donc de faire attention à la philosophie “no pain no gain”, surtout dans la préparation physique. Mais nous ferons un article sur ce thème ultérieurement. Faites également attention aux abus de certaines personnes dans votre sphère privée et professionnelle. Si vous dépassez toujours vos horaires pour rendre service à vos collègues, ils pourraient tenir cela pour acquis et profiter de vous !

 

Dépasser vos limites physiques

 

La première chose qui vous vient certainement à l’esprit lorsqu’on parle de vous dépasser, c’est très certainement l’épreuve physique. Comme vous avez l’air sympa, on va vous donner quelques astuces.

Dépasser vos limites avec la méthode de Masutatsu Oyama

 

Combattant de kyokushinkaiLa légende veut que le fondateur du karaté kyokushinkai(1) soit parti s’entraîner dans la montagne pendant une durée assez longue. Chaque jour il ajoutait une répétition à chaque exercice. S’il commençait par faire 1 pompe le jour 1, il en faisant 2 le jour 2, et 100 le jour 100.

Cette méthode fait appel au principe de surcharge progressive, c’est-à-dire que l’on améliore petit à petit la charge que l’on porte. On ne passe pas du jour au lendemain de 10 tractions à 100. Le corps peut s’habituer progressivement c’est une très bonne chose.

 

Cette méthode possède plusieurs avantages. Tout d’abord, nous nous voyons progresser et nous dépasser. Chaque jour on fait mieux que la fois précédente. Cependant je préconise de laisser des temps de repos entre chaque entraînement sur une même zone. Ensuite, cette méthode est motivante, car on a envie de battre ses propres records. On fait un défi contre soi-même, on voit bien combien c’est intéressant pour la confiance en soi.

Par contre la méthode de Masutatsu Oyama n’est pas sans limites. Un jour vous ne pouvez plus à dépasser vos limites pour le lendemain. Il va vous falloir quelque temps et vous pouvez perdre confiance en vous. Le deuxième problème est que si vous partez en vacances par exemple deux semaines, il est parfois difficile de reprendre un peu en arrière de vos dernières performances.

Je tiens à ajouter un élément. Si dans la méthode originale on travaille sur ses maximums de répétitions sur une seule fois, je conseille plutôt de travailler sur des répétitions cumulées. Par exemple, ce n’est pas la peine de faire vos 100 pompes d’une seule traite, vous pouvez faire 10 séries de 10 pompes avec 1 minute de pause entre chaque. Par contre, respectez toujours le même temps de pause afin d’être certain de bien dépasser vos limites à chaque fois.

 

Dépasser vos limites par la répétition

 

"Vous devez continuer à vous entraîner quotidiennement avec vos amis et vos élèves
pour progresser ensemble dans l’Art de la Paix. Les progrès viennent à ceux qui
 s’entraînent encore et encore." 
                               Morihei Ueshiba, fondateur de l’Aïkido

 

 

Dojo d'aïkido

 

Il faut répéter environ 10 000 fois un mouvement pour le maîtriser. Autant dire que vous pouvez vous amuser à passer quelques heures avant de maîtriser vos techniques. C’est une autre façon de progresser, moins directe, moins franche que la façon de faire précédente, mais c’est certainement une façon qui vous fait le plus progresser.

Pour vous améliorer encore, vous pouvez vous fixer des objectifs dans la répétition. Réussir à faire tel nombre de répétitions dans le temps donné par exemple. Ou encore travailler dans la semi-obscurité. Il existe de nombreuses façons de vous faire progresser de cette façon.

Surtout, vous pouvez répéter seul le mouvement chez vous. Tous les mouvements sont adaptables pour être faits seul chez vous, avec peu ou pas de matériel. Si un mouvement en particulier vous pose un problème, n’hésitez pas à nous demander une vidéo et un article dessus.

Cette répétition, c’est ce que les Anglais appellent “le drill”. On répète un geste jusqu’à ce qu’il soit totalement ancré dans le corps. C’est une partie fastidieuse, mais c’est un des éléments qui vous donnera les moyens de réagir beaucoup plus rapidement que la moyenne en situation concrète.

 

Dépassez ses limites mentales

 

« L’esprit et le corps : Ne jamais laisser l’un diriger l’autre » 
                                          Miyamoto Musashi, fondateur du niten ryu, 
                                et un des plus grands escrimeurs de tous les temps.

 

L’esprit est tout aussi important que le physique dans les arts martiaux. Si votre esprit flanche vous ne serez pas capable d’agir correctement, voir vous serez totalement paralysé. Jérôme Huon en parle dans son interview, ici, à 1h 06. Cela lui est arrivé lors de l’une des plus importantes compétitions internationales de sa discipline (la boxe française).

 

L’état de fluidité

 

Bien avant notre ère, des personnes se sont posé des questions sur comment réussir à devenir des guerriers avec un “mental en acier. Selon les époques et les régions du globe,  elles ont eu des réactions bien différentes.

 

Homme qui se tient le visage

 

Chez les spartiates, les enfants étaient enlevés du cercle familial. Chez les asiatiques, ils s’entraînaient des heures et étaient confrontés très tôt à la violence. Par exemple certains Daimyo (seigneurs), n’autorisaient leurs fils à leur succéder que s’ils arrivaient à décapiter un certain nombre de prisonniers d’un coup de sabre.

Aujourd’hui nous avons des méthodes un peu moins violentes. La préparation mentale commence à apparaître, et puise surtout dans les méthodes de Programmation Neuro Linguistique, de sophrologie et des disciplines associées. L’état de performance optimale est appelé état de flow ou fluidité. Il est définit par Mihály Csíkszentmihályi.

Nous allons voir quelques exercices et méthodes que vous pouvez appliquer afin de briser les croyances limitantes qui vous empêchent de faire quelque chose.

 

Un moment pour vous

 

Prenez quotidiennement un moment pour vous. Vous vous lavez bien les dents tous les jours, enfin je l’espère, eh bien ! Il faut également se laver l’esprit. C’est un moment que vous devriez consacrer à cela.

Eh ! Non José, prendre l’apéro ça ne compte pas !

Il faut que ce moment ne soit que pour vous et que vous vous consacriez à ne faire que des choses pour votre mental. Vous pouvez faire une activité très simple comme marcher dans un paysage qui vous plaît ou écouter une musique apaisante !

Que pouvez-vous faire alors ? Vous pouvez très bien méditer, prendre un temps pour essayer de calmer le flux des pensées quotidiennes. Ou vous pouvez analyser ces pensées une par une. Ou encore, juste fermer les yeux et sentir l’air circuler dans vos poumons.

Il y a deux choses que j’aime particulièrement faire. La première ce sont les affirmations. J’aime beaucoup prendre un temps pour me dire à voix haute des choses positives. Par exemple je me dis des choses comme “tu as bien travaillé aujourd’hui”, ou encore “tu vas te dépasser cet après-midi et tu vas réussir tout ce que tu vas entreprendre”. Il faut répéter plusieurs fois ces phrases afin qu’elles s’imprègnent en vous. Vous pouvez également les écrire. C’est ce que j’appelle les croyances non limitantes qui vont vous permettre de dépasser vos limites.

La deuxième chose c’est la visualisation. Je m’imagine dans des situations difficiles, mais dont je me sors toujours bien. Cela me permet d’ancrer en moi la réussite. De cette façon lorsque j’arrive devant une situation qui me pose un niveau de problème égal ou supérieur je me sens capable de réagir. Pour moi la visualisation est indispensable dans la pratique des arts martiaux. Si vous ne vous êtes jamais imaginé devant une personne en train de se faire agresser, il va vous falloir très longtemps pour prendre une décision. Alors que si vous avez déjà visualisé la situation de nombreuses fois cela a des chances d’être assez facile.

Dans tous les cas, il faut que vous utilisiez un vocabulaire positif dans vos exercices. Si vous ne le faites pas vous risquez d’ancrer de mauvaises idées en vous. Aurélien Duarte, multiple champion du monde boxe thaï affublé de la maladie des os de verre, parle très bien du poids des mots durant cette interview.

 

Acceptez-vous

 

Homme main tendueSi vous ne vous acceptez pas tel que vous êtes, vous ne pourrez pas dépasser vos limites. Pourquoi ? Parce que si vous n’acceptez pas vos limites, alors cela veut dire qu’elles n’existent pas pour vous. Pouvez-vous agir sur les dragons et les elfes ? Il y a très peu de chances, car vous ne croyez pas en leur existence.

En fait, lorsqu’on ne croit pas en l’existence d’une chose, notre cerveau refuse d’agir sincèrement dessus. C’est pour cela que lorsque vous voulez progresser vous devez mesurer vos capacités avant tout. Savoir objectivement où vous en êtes.

Seulement, si c’est assez facile de mesurer les capacités physiques, cela est plus compliqué pour le mental. C’est pour cela que vous devez accepter de mettre une distance entre vous et votre jugement, car vous allez dépasser vos limites. Je vous conseille de vous faire aider par les personnes qui vous connaissent le mieux en leur demandant de répondre franchement.

 

Quelques exercices pour vous transcender

 

Je vous propose ici des exercices à faire pour dépasser vos limites. L’avantage de ces exercices et qu’ils vous permettent de vous dépasser à la fois de façon mentale et physique.

 

Le parcours stress

 

Utilisé depuis longtemps pour former les militaires et les gardes du corps, il est clairement l’exercice-roi pour dépasser vos limites dans votre pratique martiale.

 

Homme qui cri dans un parc

 

En quoi cela consiste ? On va à la fois faire monter votre rythme cardio-vasculaire à l’aide d’exercices physiques et vous déconcentrer. Par surprise, des personnes vont vous attaquer !

Typiquement on peut faire ce parcours dans un sous-bois. Vous désignez un “général” qui va cacher les personnes dans ce bois. Puis il va faire courir la “recrue” tout en lui demandant de faire des exercices physiques et de répondre à des questions. Les personnes cachées sortiront au moment où la recrue ne s’y attend pas pour l’agresser. La recrue devra donc trouver une réponse adaptée alors qu’elle n’est pas du tout dans de bonnes dispositions.

Si vous ne pouvez pas vous entraîner en extérieur, vous pouvez mettre la recrue au milieu du cercle des partenaires. Le cercle tourne autour de la recrue pour la désorienter. Le général est au centre avec la recrue et lui fait faire des exercices physiques et mentaux. De temps en temps, un partenaire sort du cercle et attaque la recrue.

Il fait veiller à ce que les personnes attaquent avec bienveillance et un niveau proportionnel à la recrue, car une blessure peut arriver rapidement dans ce type d’exercice. Cependant, cela reste un exercice nécessaire pour éprouver votre technique en milieu stressant.

 

Un entraînement avec un sens en moins

 

Un autre exercice que j’aime beaucoup faire, c’est de m’entraîner avec un sens en moins. Attention, si vous faites un travail à deux, ne supprimez pas la vue dans le cas d’un exercice de frappe. Cependant, vous pouvez très bien le faire pour un exercice de préhension.

 

Femme qui se bande les yeux

 

J’aime beaucoup supprimer l’ouïe également avec des boules quies. On ne se rend pas compte à quel point c’est déstabilisant de combattre sans un sens. Bien entendu, nous nous reposons essentiellement sur la vue, mais l’ouïe reste un élément important pour la majeure partie des combattants. On sait très bien que l’équilibre est lié aux oreilles par exemple.

Si vous êtes seul chez vous, vous pouvez très bien vous entraîner en vous bandant les yeux dans un milieu sécurisé par exemple. Vous faites du shadow boxing ou vos katas et vous voyez vos positions. Cela va vous apprendre à mieux communiquer avec votre corps, à mieux le ressentir. C’est un des exercices que j’ai fait pour réussir à redresser mon dos sur les katas !

 

L’homme saoul

 

Non José, ce n’est pas la peine d’apporter ton ti-punch maison, on a une autre technique.

 

Deux personnes qui trinquent

 

Malheureusement, il faut être prêt à toute éventualité, et notamment celle de vous faire agresser un jour où vous seriez passablement éméché. Je tiens à rappeler qu’il est interdit d’être ivre sur la voie publique, et qu’en plus de cela c’est dangereux car vous faites une cible plus facile.

Mais comme je sais que vous n’avez pas froid aux yeux, je vous donne quand même ce conseil. Faites 10 tours sur vous-même le plus rapidement possible et essayez de faire votre mouvement. Que cela soit un mouvement à deux, ou seul. Vous devriez remarquer à quel point il est dangereux de sortir saoul, car vous perdez une grande partie de vos capacités physique !

 

Surprenez vous !

 

Allez, un dernier exercice que j’aime beaucoup. Mettez un bip aléatoire, très facilement téléchargeable sur un smartphone. Si vous souhaitez le même que moi j’utilise Reaction Timer.

Lorsque le bip retentit, lancer le mouvement que vous avez prévu. Cela à l’air facile, mais essayer d’être le plus rapide possible tout en essayant de garder la bonne forme de mouvement. J’adore faire cet exercice avec les enfants pour réviser leurs atemis (frappes), et eux aussi apprécient particulièrement !

Cet article touche à sa fin. S’il vous a plu, n’hésitez surtout pas à le partager à un ami qui aurait besoin d’un coup de pouce pour se dépasser. Et si vous avez une question car vous avez du mal à dépasser vos limites, ou que vous avez un autre exercice, n’hésitez pas à le partager dans les commentaires ! Si vous voulez aller plus loin je vous conseille la lecture de l’article “Sortir de sa zone de confort

A très vite !

1 : article wikipedia sur le Masutatsu Oyama

 

 

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Commentaires

  1. WAOW. Quel article. Comme toujours très bien écrit, er particulièrement enrichissant. Je me retrouve bien dans ce dépassement de soi au niveau de la danse classique. Répéter, répéter, et aller au delà tout en connaissant ses limites et son corps. Que de souvenirs et de sensations qui me reviennent. Sensations que j’adore. Qui n’a pas connu ne peut pas comprendre !

    • Merci beaucoup pour ce commentaire, oh combien motivant !

      Effectivement c’est une sensation étrange ou le plaisir se mélange à la difficulté pour se surpasser. C’est grisant !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrivez votre commentaire ici !
Écrivez votre nom ici ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.