Vous connaissez certainement Lionel Froidure, on parle régulièrement de lui et on partage souvent ses publications. Mais saviez-vous que j’ai (Marvin) eu la chance de participer à l’un de ses stages ?

On espère que cet article vous donnera un peu plus envie d’aller à la rencontre de cet expert des Arts Martiaux ! Si vous l’avez déjà rencontré, n’hésitez pas à nous faire un petit retour en commentaire en dessous de l’article ! 

La structure et l’accueil

Dans cet article on voulait vraiment mettre en avant les organisateurs du stage car leur association est très récente. N’hésitez pas à suivre leurs réseaux !

Asgard Combat – Vert le Grand

Lionel Froidure a été invité par le Club Asgard Combat de Vert-le-Grand (91). C’est un club de Kali Eskrima, de l’école Doblete Rapillon, qui a pour référent François Guerrieri (avec qui on a fait un super stage !). 

Le club est créé en 2019, avec au coeur de la pratique son enseignant Marc James et son partenaire et enseignant expert en Kali (plus de 30 ans de pratique) Vincent Coo. Marc met au profit de ses élèves son enseignement riche, qu’il a débuté par le Penchak Silat en 2 000. 

Après la période difficile du Covid, le club arrive tout de même à comptabiliser 32 licenciés ! Pour les cours, ils se déroulent le jeudi soir et le samedi matin. Pour plus d’infos, on vous laisse visiter le site.

Lionel Froidure stage
Les enseignants d’Asgard Combat avec Lionel Froidure

Un excellent moment

Je n’ai pu assister qu’à la moitié du stage, celle de l’après-midi. Mais cela ne m’a pas empêché d’être très bien accueilli par l’équipe d’Asgard Combat et par Lionel Froidure. Le lieu était lumineux, avec une belle baie vitrée qui nous a permis de bien profiter du soleil sans effet de serre, ce qui a ajouté au plaisir que j’ai eu d’assister à ce stage ! 

La première chose qui me marque en entrant dans ce stage, c’est la multiplicité des disciplines présentent. Cela est dû à la communication très positive et ouverte d’esprit qui a eu lieu sur les réseaux, mais aussi grâce à Lionel Froidure qui ne s’arrête pas aux styles et va à la rencontre de chaque personne (comme vous le savez déjà si vous suivez son travail ou avez visionné ses DVD).

De plus, on peut noter la remise d’un petit diplôme de fin de stage, imprimé sur un papier de qualité. C’est un peu “surfait” pour certains, mais c’est un geste qui fait plaisir ! 

froidure guerieri vega
Non, mais ils sont gentils.. promis !

Lionel Froidure du curieux au partage

Le parcours extraordinaire de Lionel Froidure

Lionel Froidure commence très tôt la pratique des Arts Martiaux. D’abord le Karate, sous la houlette de ses parents, il s’initie à de nombreuses disciplines au fil du temps (Nihon Tai Jutsu, Yi Chuan, Kobudo, Kali Eskrima, et bien d’autres).  

Il est aujourd’hui 6ème dan de Karate (enseignant DEJEPS), et sa recherche semble tournée vers le côté Goshin jutsu. Ce côté pratique lui vient de son passé de combattant notamment dans l’équipe de France de Karaté Combat.

La découverte du Kali Eskrima Doblete Rapillon est un événement majeur dans sa pratique. Cela l’a tellement impacté qu’il est parti étudier un long moment aux Philippines. Il est aujourd’hui 5ème degré de cette discipline et enseignant du 3ème degré. 

Cette discipline (qui sera au cœur du stage du jour), lui a apporté une fluidité et une rondeur qui est complémentaire à sa pratique du Karate.

Nous avons eu l’honneur d’obtenir sa participation dans les e-books sur le thème “3 conseils pour faire évoluer votre pratique” que vous pouvez retrouver gratuitement ici.

Pour en savoir plus sur Lionel vous pouvez visionner son interview ici.

La passion du partage

Lionel Froidure a un sens du partage très important. Ce qu’il apprend, il aime aussi l’offrir au plus grand monde. C’est pour cela qu’en plus de s’être orienté vers l’enseignement des Arts Martiaux, il a également créé Imagin’ Arts (vous pouvez utiliser le code promo corpsetespritmartial) mais aussi ses chaînes YouTube : 

Dans les DVD et sur la plateforme, vous avez plusieurs concepts : 

  • en Terre Martiale : il part à la rencontre d’un maître. Vous pourrez découvrir dans ces productions une discipline et une pratique mais aussi un pays et une culture.
  • Des vidéos pratiques, avec des conseils facilement réalisables et très compréhensibles

Sur la plateforme DIGITAL vous trouverez également des pistes de travail pour approfondir votre enseignement ou l’enseignement que vous suivez au dojo. 

Sur ses chaînes YouTube, vous aurez accès à des interviews (de très grande qualité)  de pratiquants très expérimentés.

Vous l’aurez compris, Lionel Froidure a dédié sa vie à la recherche martiale, mais aussi au partage de ses recherches et réflexions. 

Ce que je retiens du stage

Je vais essayer de noter ce que je retiens de ce stage, ce qui me semble transposable à ma pratique quotidienne et que je vais incorporer dans ma façon de pratiquer.

Distance ! 

La distance, le ma-ai, est un élément clé de la pratique des Arts Martiaux comme des Sports de Combat. Si l’on n’est pas dans la distance juste, la pratique perd de son sens. Avec le Kali, je découvre de nouvelles distances, surtout dues à des déplacements plus instinctifs que ce que je peux faire dans d’autres disciplines.

La distance, Lionel Froidure

Lionel Froidure m’a repris plusieurs fois sur les distances de pratique, que cela soit avant de démarrer l’action où à la fin de celle-ci ! En effet la posture courbe du Kali Eskrima Doblete Rapilon me trouble dans l’appréciation de la distance de frappe possible, surtout lorsque je pratique avec quelqu’un de très expérimenté comme François Guerrieri. Mais il y a autre chose sur lequel je peux aussi porter mon attention : être capable de changer mes appuis et la direction de ceux-ci rapidement. En changeant de direction on crée ou on brise la distance, c’est pour cela que c’est important ! 

Comment m’améliorer sur cette gestion de la distance : 

  • en travaillant les changements de distance grâce à des déplacements explosifs avec des exercices comme celui que je vous avais montré dans cette vidéo
  • en apprenant à mieux maîtriser ma propre distance grâce à des exercices spécifiques. Si vous voulez des idées d’entraînements dites-le moi en commentaire.

En avant toute !

Si l’on recule à chaque fois que notre partenaire attaque, il va finir par prendre le dessus. Cela est logique, le corps humain a plus de facilité à se déplacer sur l’avant que sur l’arrière. C’est pourquoi Lionel Froidure nous a donné un conseil qui est assez important : “Ne reculez pas”. Ou alors “Reculez moins que votre partenaire n’avance”. De cette façon, on est capable d’agir avant qu’il puisse revenir nous attaquer. 

Si à chaque fois que mon partenaire frappe je recule pour me remettre à la même distance cela signifie que je suis à nouveau à une distance où il peut me frapper. 

Ce qui peut sembler intellectuellement facilement compréhensible. ce n’est pas pour autant facile à intégrer dans le corps. Et c’est encore plus complexe lorsqu’on travaille avec des armes où toute erreur peut être (fictivement) mortelle. 

C’est pour cela que Lionel a beaucoup insisté sur la nécessité d’ être sur l’avant et essayer d’avancer le plus possible. C’est quelque chose sur lequel je travaille beaucoup (étant plus petit que la majorité de mes partenaires, je dois travailler avec moins d’allonge et donc m’adapter. Mais, avec une arme, cela oblige à mieux maîtriser la distance mais aussi le timing du déplacement. Pourquoi ? Parce qu’à mains nues, on peut difficilement changer l’angle d’une frappe une fois qu’elle est lancée, alors qu’avec une arme, un mouvement du poignet peut changer l’orientation de la frappe. Il faut donc cerner le bon moment pour sortir de l’axe et prendre le contrôle du mouvement.

Cette philosophie implique également d’avoir conscience de quelque chose d’important, une chose que Lionel a développée dans le Yashima numéro 13 : lors d’un travail à arme réelle le risque de coupure est présent, et même élevé, le principal est de maîtriser ce risque pour que la blessure soit mineure et non incapacitante. 

On ne peut avancer que si l’on accepte d’être éventuellement coupé, car cela signifie ne plus être dans la fuite mais dans l’affrontement. Mais, paradoxalement, c’est lorsqu’on accepte ce risque que l’on diminue son risque, car en avançant on peut mieux maîtriser la zone exposée.

Fluidité plutôt que vitesse

S’il y a bien une idée que je m’attendais à retrouver dans ce stage c’est celle de la fluidité. En effet, Lionel Froidure en a fait tout un point lors de sa participation aux e-books “3 conseils pour faire évoluer votre pratique”. Et je n’ai pas été déçu. 

La fluidité, c’est le fait de ne pas mettre de temps d’arrêt entre les différents mouvements.

Cela ne signifie pas qu’il n’y a aucune contraction, mais qu’il y a uniquement les contractions nécessaires et que le reste doit être détendu (c’est ce que l’on appelle le relâchement). Ce relâchement est encore plus important dans un travail à la lame où très peu de puissance est nécessaire pour blesser quelqu’un.

Lionel Foidure flow

Mais lorsqu’on frappe avec le poing, il faut bien avoir une contraction pour générer de la puissance ? Oui, mais seulement en fin de mouvement. Si vous prenez tous les grands boxeurs, et que vous regardez leurs mouvements, ils sont relâchés lorsque le mouvement démarre puis ils se contractent à la fin. En tout cas, c’est le cas à l’entraînement, lorsque le combat s’éternise, qu’il y un stress qui s’installe, c’est logique que des contractions s’ajoutent.

La fluidité va jouer de ce relâchement, pour que chaque geste laisse place au suivant dans un mouvement continu. Comme un marcheur, comme un nageur, ou comme dans de nombreuses autres disciplines, il y a des contractions mais cela ne fige pas l’action. 

Lionel a beaucoup insisté sur ce point. Il est d’ailleurs très clair : il vaut mieux travailler plus lentement de manière fluide que plus rapidement mais sans fluidité (bien entendu, cela dépend également de l’exercice utilisé et du but recherché sur le moment). Le risque est de se faire piéger par l’ego et de chercher à accélérer en dépit de la fluidité pour satisfaire l’image que l’on a de soi-même. Restons vigilant sur ce point ! Nous devrions publier d’ici quelques semaines une vidéo pour travailler cette fluidité (notamment au métronome), car elle nous a été demandée par les personnes qui suivent notre newsletter. N’hésitez pas à nous rejoindre sur YouTube.

Cet article touche à sa fin, comme d’habitude, n’hésitez pas à le partager à un maximum de personnes.

À très vite ! 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrivez votre commentaire ici !
Écrivez votre nom ici ...