La sensation kinesthésique c’est le fait de savoir où notre corps se situe dans l’espace et comment il évolue. C’est un peu réussir à décentrer sa vision et prendre conscience de l’espace utilisé par notre corps.

Dans les Arts Martiaux comme dans les Sports de Combat, la sensation kinesthésique est nécessaire. C’est elle qui nous permet de frapper de façon dissimulée et de perturber le zanshin de notre adversaire, ce qui est un grand atout pour gagner un combat. Et si vous vous demandez ce qu’est le zanshin et surtout pourquoi il est nécessaire pour vous permettre de rester en sécurité, vous pouvez lire cet article que nous avons consacré à ce thème. 

Je vous propose deux exemples pour illustrer mes propos. Le premier c’est le coup de pied retourné. Ceux qui ont le plus de mal avec la sensation kinesthésique vont devoir voir leur pied avant de le lancer ou ils risquent de tomber. Ils auront plus de mal à surprendre leur adversaire. C’est pour cela que l’on dit qu’il faut regarder les yeux de l’adversaire en combat, car ceux qui ont une sensation kinesthésique faible ont besoin de constamment regarder ce qu’ils font.

Le deuxième exemple c’est dans le travail au sol (ne waza pour nos amis japonais). Vous regardez un débutant travailler, il va d’abord chercher à voir la saisie qui le dérange avant de travailler dessus, alors qu’un pratiquant plus avisé n’a pas besoin de regarder ses mains pour agir. Un très bon exemple est dans le magnifique combat du colosse Sébastien contre le vaillant Maxime. Si vous avez loupé la vidéo, elle est ici. METTRE LIEN.

 

Et maintenant place aux 6 exercices pour améliorer votre sensation kinesthésique et vous permettre de devenir plus précis et plus rapide à prendre une décision en combat. 

 

 

1. Augmenter son ressenti kinesthésique en fermant les yeux

La sensation kinesthésique est souvent considérée comme un sens interne, comme la proprioception. En fermant les yeux vous supprimez le sens externe qui vous apporte 90% de vos informations. Cela veut dire que vous allez perdre vos repères et devoir apprendre à écouter d’autre sens.

Coureurs aveugles

D’ailleurs les personnes non voyantes développent une excellente sensation kinesthésique.

Cela peut engendrer des pertes d’équilibre, dans ce cas là il ne faut pas hésiter à ouvrir les yeux ! 

C’est une technique qui est utilisée depuis très longtemps dans les Arts Martiaux, notamment ceux qui utilisent des katas qui se font seuls. Vous apprenez alors à écouter votre corps, c’est un exercice que je trouve intéressant. Attention cependant à être assez éloignés les uns des autres si vous travaillez à plusieurs.

Un autre exercice de ce type que j’ai vu et que j’ai trouvé très intéressant, c’est de toucher une cible (comme un sac de frappe) du bras gauche, puis enlever ce contact et frapper avec le bras droit. Cependant, si vous faites cela, ne frappez pas fort, ni vite. Pourquoi ? Car si votre sensation n’est pas bonne vous ne contracterez pas le poing comme il le faut et vous risquez des blessures qui peuvent être graves. 

Pour limiter au maximum ce risque de blessure je vous conseille d’utiliser des cibles molles, comme une feuille d’un arbre ou un coussin accroché à une chaise, et d’essayer de vous arrêter au ras. De cette façon, même si vous la touchez, vous ne risquez pas de vous blesser !

2. Améliorer votre sensation kinesthésique en vous déplaçant

Choisissez un point repère (par exemple une porte). Fermez les yeux et déplacez vous. Lorsque vous vous arrêtez, tournez-vous vers ce point. Êtes-vous dans la bonne direction ?

Vous pouvez bien entendu varier les déplacements, faire un peu de shadow boxing, vous déplacer au sol. 

L’intérêt est de toujours savoir vous positionner face à un point désiré. Avez-vous remarqué que dans les disciplines de préhension, après une chute, les combattants se retrouvent quasiment tout le temps face à face ? C’est tout simplement parce qu’ils ont une sensation kinesthésique suffisamment développée pour se replacer correctement !

C’est un excellent moyen de mieux esquiver. Savoir où l’on est exactement, permet d’avoir plus de chance de ne pas se retrouver dans la trajectoire de la frappe de l’adversaire.

Vous pouvez en profiter pour travailler le déplacement oblique que l’on vous présente dans cette vidéo. Comme ça, vous améliorez aussi votre capacité a sortir de l’axe de l’adversaire ! 

3. Améliorer votre sensation kinesthésique grâce à des cibles

Eh oui, faire comme José et prendre une photo de votre patron pour taper dessus peut être une bonne idée.

Nous parlions tout à l’heure du sac de frappe, ou d’une cible les yeux fermés. Cette fois-ci vous allez le faire les yeux ouverts mais en variant les distances et les frappes. Et surtout vous allez essayer d’être extrêmement précis.

Cible avec des fléchettes

Par exemple, si vous imprimez un visage sur une feuille de papier (ce qui est une excellente idée pour travailler la précision), vous allez faire en sorte que votre zone de frappe s’arrête pile devant la cible souhaitée (comme la tempe ou la lèvre). 

Vous allez varier vos déplacements avant de frapper. Vous pouvez faire un blocage, un pas d’esquive, etc..

Vous n’êtes pas obligé de frapper. Si vous faites du Grappling par exemple, il peut être intéressant pour vous d’être précis dans vos saisies. Vous allez donc avoir un point précis où mettre la main après avoir fait vos déplacements.

4. Quadrupédie et sensation kinesthésique

Pour vous dire la vérité, l’idée de cet article m’est venue en voyant ma chienne marcher. Il y avait deux paliers surélevés avec un petit vide entre les deux. Elle est passée naturellement sans “tomber” dans ce vide. Je me suis dit “90% des humains auraient dû regarder où ils mettaient leurs pieds s’ils marchaient à 4 pattes”. 

Chien qui fait de l'agility

Cela s’explique facilement, on n’a pas l’habitude d’avoir notre corps dans une position quadrupédique, on a donc une mauvaise sensation kinesthésique dans cette position. 

Vous allez me dire “Très bien, mais nous on combat debout (sauf pour certaines disciplines qui mettent l’accent sur le sol)”. Certes, mais en travaillant à 4 pattes, vous êtes obligé d’avoir conscience de ces 4 appuis constamment, et vous ne pouvez pas réfléchir tout le temps à ce que vous avez à faire ! C’est donc un excellent moyen d’intérioriser ces sensations sans les intellectualiser.

Il y a une histoire qu’Armand Vallé raconte souvent et que j’aime beaucoup, c’est celle du mille-pattes :


Un mille-pattes marche et croise une fourmi. 
Cette dernière, émerveillée, demande au mille-pattes comment il fait pour 
se déplacer avec autant de pattes. 
Celui-ci, s’arrête, la regarde lui dit que c’est naturel, 
mais il se met à réfléchir sur la question. 
Il n’arrive plus jamais à repartir et reste sur place.

L’idée, c’est qu’il y a des sensations qui sont intériorisées et qu’il ne sert à rien de vouloir les expliquer. Le plus important c’est de savoir les utiliser correctement. Si vous capable de vous déplacer correctement à quatre pattes, vous aurez très certainement développé vos sensations kinesthésiques. C’est d’ailleurs une des choses qui fait que pour moi le travail du sol est excellent pour toutes les disciplines, car il y a de nombreuses façons de se déplacer et cela nous permet de développer notre ressenti kinesthésique. Le transfert se fait naturellement aux déplacements debout.

5. Le travail des armes, un prolongement du corps

Tout comme le travail au sol, les exercices des armes sont parfois critiqués ou refusés par certaines disciplines. Car se sont des armes hors contextes, que nous ne risquons plus de trouver dans notre quotidien. J’entends par arme des choses comme le sabre, le jo (bâton long), etc..

Photographie d'un katana

Je suis tout à fait d’accord sur ce point. Cependant cela possède de nombreux autres avantages, notamment celui de travailler votre sensation kinesthésique. On entend souvent dire que l’arme doit être le prolongement de notre corps. Dit comme ça, cela fait très film asiatique des années 80, mais c’est assez vrai. 

Il faut être capable de ressentir où va votre arme et où elle est exactement, comme si c’était un de vos membres. Il faut maîtriser le mouvement de l’arme, comme vous maîtrisez celui de vos mains et de vos pieds. Cela peut sembler étrange, mais le fait de travailler avec une arme longue permet de progresser sur vos propres sensations kinesthésiques. 

6. L’épreuve (ou les preuves) de l’image pour la sensation kinesthésique

Souvent on pense que notre position est correcte, que l’on est dans le temps, que l’on ne fait pas d’appel. Et on a beau nous dire le contraire, il est parfois difficile d’en démordre. Il y a un outil magique : la caméra. Aujourd’hui presque tout le monde peut se filmer grâce à son smartphone.

Cela à de nombreux avantages. Et vous allez voir que c’est un très bon moyen de travailler votre Shoshin, l’esprit du débutant, qui est un excellent moyen de toujours progresser. Et si vous voulez en savoir plus sur cet état d’esprit, cliquez sur ce lien.

Dessin d'une caméraContrairement au miroir, cela ne nécessite pas de regarder l’image, ou le reflet, en même temps que l’on fait notre exercice. Vous pouvez donc vous focaliser sur votre exercice.

Vous pouvez vous prendre sous différents angles si vous voulez travailler un point particulier. Par exemple, vous pouvez vous filmer du dessus avec un peu d’ingéniosité, ce qui permet de remarquer d’autres détails.

Vous pouvez la montrer à un ami ou un professeur pour demander des conseils, et cela même s’il est à des milliers de kilomètres.

Et surtout, vous pouvez ralentir la vidéo à souhait et la regarder de nombreuses fois ! Je me souviens encore d’un moment où Anne préparait sa ceinture noire. Elle s’est filmée en faisant des frappes. Je lui ai dit “tu fais un appel avec un déséquilibre sur l’avant”. Elle a insisté pour dire que non. On a découpé la vidéo au dixième de seconde, et effectivement sur deux dixièmes de seconde elle avait ce déséquilibre. Bien sûr, pour un premier dan, ce n’est pas alarmant du tout, mais cela lui a donné des pistes de travail pour la suite.

Ce qui est encore plus drôle c’est que lorsque j’ai passé mon grade Armand Vallé a filmé. Puis, plus tard il a regardé cette vidéo au ralenti. Sur quelque chose de l’ordre du dixième de seconde il y avait ce déséquilibre avant ! Il m’avait dit qu’il y avait un problème, mais il n’arrivait pas à mettre le mot dessus, la vidéo nous a aidé. Depuis je travaille dessus ce déséquilibre, tout comme Anne. Si vous souhaitez en savoir plus sur les exercices que l’on utilise, dites le nous en commentaire !

Cet article se termine et j’espère qu’il vous aura plu ! N’hésitez pas à le partager à tous vos amis qui cherchent à améliorer leur sensation kinesthésique. Si vous souhaitez un article du même type on peut vous conseiller notre article sur le gainage.

A très vite !

Cet article est corrigé par Henri-Pierre Juguet. Nous le remercions pour son travail de qualité. Si vous aussi vous souhaitez un bon relecteur/correcteur, voici son adresse mail : 

hpj.correction.redaction@gmail.com

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    17
    Partages
  • 17
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Écrivez votre commentaire ici !
Écrivez votre nom ici ...